International

Lundi, c’est-à-dire deux jours après le crash de l’Airbus A321 russe dans le Sinaï, le président Poutine a une fois de plus qualifié "d’immense tragédie" cette catastrophe, la plus grande dans l’histoire de l’aviation russe et soviétique, pour exprimer ses condoléances aux proches des victimes et leur promettre tout le soutien nécessaire. Ce message a été délivré via un communiqué de presse relatant son entrevue avec le ministre des Transports Maxime Sokolov qui venait de visiter le lieu de la catastrophe.

Ce refus de Vladimir Poutine de s’adresser directement à la nation après un tel désastre contraste avec le comportement qu’il avait adopté le jour où le Boeing malaisien avait été abattu au-dessus du territoire ukrainien. Il s’était alors présenté tard dans la nuit sur les écrans de la télévision pour exprimer ses condoléances aux pays dont les citoyens ont péri dans cette catastrophe.

Découvrez la suite de ce dossier dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).