International

L'expulsion au Kosovo d'une collégienne rom en pleine sortie scolaire choquait mercredi les Français et fragilisait le gouvernement, contraignant le Premier ministre Jean-Marc Ayrault d'envisager le retour en France de la fille et sa famille.

"S'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé", a assuré mercredi devant l'Assemblée nationale M. Ayrault. "Cette famille reviendra pour que sa situation soit réexaminée en fonction de notre droit, de nos pratiques et de nos valeurs", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a précisé que les résultats de l'enquête administrative sur cet éloignement seraient connus "dans 48 heures", alors que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls essuyait un feu nourri de critiques, son propre camp l'accusant de souiller les "valeurs" de la gauche.

Cette polémique intervient au moment où le président François Hollande atteint un record historique d'impopularité dans les sondages avec moins d'un quart d'opinions favorables.

Les critiques se multiplient, y compris dans son camp

Tenant d'un "blairisme" à la française qui passe mal dans les rangs du Parti socialiste, Manuel Valls, 51 ans, responsable politique préféré des Français, avait déjà choqué en septembre une partie de la gauche en mettant en cause la capacité et la volonté de s'intégrer des 20.000 Roms vivant en France. Il avait alors été accusé de brader l'idée, chère à la gauche française, que chacun peut devenir français quelle que soit son origine ou sa religion.

François Hollande, soucieux de répondre aux attentes d'une société française de plus en plus sensible aux thèses de l'extrême droite, a toujours soutenu son ministre et son discours de fermeté. Il ne s'est pas encore prononcé sur la nouvelle affaire qui met en cause le "premier flic de France".

La polémique a éclaté avec la révélation cette semaine par une association militant contre les expulsions d'enfants scolarisés de l'arrestation le 9 octobre de Leonarda, une Rom kosovare de 15 ans, en pleine sortie scolaire.

Selon l'association, la collégienne, qui faisait l'objet avec ses parents et ses cinq frères et soeurs d'une obligation de quitter le territoire, a été interpellée dans l'est de la France par la police alors qu'elle se trouvait avec ses camarades dans un car scolaire.

L'autocar s'est finalement arrêté sur un parking, où des policiers sont venus chercher la jeune fille. Les professeurs se sont déclarés "profondément choqués par les méthodes utilisées pour renvoyer des enfants issus de la minorité rom vers des pays qu'ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent pas la langue".

La polémique a pris d'autant plus rapidement qu'elle illustre les tiraillements de la gauche dont les "valeurs" d'accueil et d'humanisme à l'égard des étrangers sont mises à mal par l'exercice du pouvoir et la difficulté à accepter réfugiés, sans-papiers et autres étrangers en temps de crise et de chômage élevé.

Manuel Valls s'est défendu en assurant appliquer "avec fermeté les décisions d'éloignement tout en veillant scrupuleusement au respect des droits des étrangers qui font l'objet d'une mesure d'éloignement".

Mais mercredi, tandis que les critiques se multipliaient dans son camp, il a finalement ouvert une "enquête administrative" sur les "conditions" d'expulsion de la collégienne.

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, s'est indigné, martelant que la gauche "ne saurait transiger avec les valeurs, sous peine de perdre son âme".

Premier des ministres à réagir, celui de l'Education, Vincent Peillon, a exigé que l'on "sanctuarise l'école" et que "cette situation ne se renouvelle pas".

Le patron du Parti socialiste, Harlem Désir, et les écologistes, membres de la coalition gouvernementale, ont demandé le retour de la collégienne dans sa classe.

Du Kosovo, Leonarda a déclaré vouloir rentrer en France pour reprendre l'école et "avoir un avenir". La collégienne a raconté les pleurs, le "mal au coeur d'abandonner (ses) amis, l'école, tout le monde". "J'avais honte aussi parce qu'il y avait la police qui est venue, il y a des camarades qui me demandent +qu'est-ce que t'as fait, t'as volé ?+", a-t-elle dit à la radio France inter.