International

La majorité des Européens seraient favorables à une action militaire contre l'Iran, si celle-ci peut empêcher la République islamique de se doter de l'arme atomique. C'est du moins ce qui ressort d'un sondage TNS-Sofres réalisé le mois dernier - avant l'enlèvement des marins britanniques, donc - auprès de 17 000 citoyens des Vingt-sept pays de l'Union, à l'initiative du centre de réflexion londonien Open Europe.

Au total, 52 pc des personnes interrogées ont répondu par l'affirmative à la question : "Nous devons empêcher des pays comme l'Iran d'acquérir des armes nucléaires, même si cela implique des actions militaires", 40 pc des sondés rejetant cette option. Une majorité se dégage pour cette proposition dans 18 pays, dont la France (53 pc) et la Grande-Bretagne (51 pc). Avec 68 pc de réponses positives, les Danois se rangent dans la catégorie des plus chauds partisans d'une intervention militaire préventive contre l'Iran, suivis par les Belges qui sont 65 pc à approuver cette solution, tout comme les Polonais et les Suédois, pour 60 pc de Néerlandais et 55 pc de Luxembourgeois.

L'Italie (49 pc), l'Allemagne (45 pc) et l'Espagne (42 pc) font partie des neuf pays qui refusent d'envisager un recours à la force, parmi lesquels on retrouve des nations traditionnellement neutres, comme l'Autriche et l'Irlande (46 pc). Les Slovaques et les Maltais sont les moins enthousiastes à l'idée d'une action militaire, avec respectivement 38 et 37 pc de réponses affirmatives.