International

Des jeunes qui passent leur temps au téléphone avec des inconnus en quête d'amours interdites: c'en est trop pour le très conservateur Pakistan, qui a débranché les forums de discussion connectés aux réseaux de portables, accusés de favoriser des liaisons "immorales".

Le premier avertissement avait eu lieu en novembre 2012. L'autorité pakistanaise des télécoms (PTA) avait alors interdit les forfaits d'appels nocturnes à prix cassés qui permettent aux usagers de se parler entre eux sous un pseudonyme, comme sur un forum internet.

Mais les opérateurs téléphoniques locaux avaient contourné l'interdiction en changeant leurs noms. Fin août, la PTA est revenue à la charge en ordonnant l'abolition "de tous les services de forums (sur téléphone portable) et ce à toute heure du jour et de la nuit".

Au Pakistan, la minute d'appel coûte normalement deux roupies (1,5 centime d'euro), mais ces forfaits offraient des communications à l'heure à une fraction du prix normal.

Après avoir composé le numéro d'un opérateur, un usager n'avait qu'à taper, par exemple, sur la touche 1 pour discuter avec une fille ou 2 avec un garçon. Il suffisait ensuite de choisir son groupe d'âge avant d'entrer en contact avec un ou une inconnue sans que son numéro de téléphone véritable n'apparaisse à l'écran.

Ce système permettait aux jeunes et moins jeunes d'apprivoiser l'art de la séduction verbale à moindre prix, et ce à l'abri des regards indiscrets d'une société musulmane conservatrice où les mariages demeurent en grande partie arrangés et les parents ont tendance à couper court, et parfois de façon violente, au marivaudage.

Au Pakistan, environ 70% de la population a accès à un téléphone portable contre 10% pour internet. Mais si ces forums sont devenus de plus en plus populaires, le nombre de leurs utilisateurs semblait encore dernièrement limité.

Parmi eux, ce commerçant d'Islamabad de 25 ans, comblé. "Moi, j'ai rencontré la femme de ma vie sur ces forums. Nous avons discuté sur un forum, puis échangé nos vrais numéros de téléphone, raconte-t-il avec émotion. "J'ai découvert avec surprise qu'elle habitait pas loin de chez moi, et nous allons nous marier".

Deux des cinq opérateurs de téléphone mobile du pays ont indiqué avoir fermé leur service de forums de discussion "romantiques" mais maintenu les autres, par exemple ceux mettant en relation des personnes ayant les mêmes loisirs. Un troisième opérateur a indiqué avoir coupé tous ses forums, et les deux derniers étaient injoignables sur le sujet.

La fin de ces forums téléphoniques a en revanche soulagé Saeeda Khan, mère de deux adolescentes et d'un garçon.

"J'étais vraiment inquiète. Mes enfants passaient leur nuit au téléphone... Je leur permettais de le faire s'ils avaient fini leurs devoirs mais ils manquaient de sommeil et je songeais à confisquer leur téléphone la nuit",

"Lorsque mes enfants appelaient ou +textaient+ des amis, des camarades de classe ou leurs cousins, ça passait toujours, mais je n'aurais jamais accepté qu'ils parlent à de purs inconnus", ajoute-t-elle.

"Ce monde cruel a encore une fois conspiré contre les amoureux... C'était vraiment un moyen pas cher de rencontrer des filles", peste en revanche un étudiant d'une vingtaine d'année désormais privé d'amourettes.

Amers, les opérateurs de réseau mobile ont saisi la Cour suprême afin d'invalider l'interdiction du gouvernement pakistanais. Aucune date d'audience n'a encore été annoncée.

Le premier quotidien anglophone du pays, Dawn, a lui critiqué cette interdiction édictée par la PTA, une "brigade morale non désirée" par la population et qui "ne devrait se mêler" des affaires des autres selon lui.

"Les échanges entre jeunes hommes et femmes ne devraient rien à voir à faire avec l'Etat... qui agit comme le gardien autoproclamé de la moralité publique", regrette le doyen de la presse pakistanaise.

La PTA rétorque de son côté qu'elle n'a fait que répondre à la colère populaire. Mais cette interdiction renforce les soupçons de censure croissante au Pakistan, qui coupe déjà régulièrement les réseaux de téléphones portables lors de grandes manifestations pour éviter les attentats et bloque depuis un an l'accès à Youtube au motif qu'il diffuse "L'innocence des musulmans", un film américain à petit budget hostile à l'islam. D'autres sites, considérés comme subversifs ou pornographiques, sont également bloqués.

Bytes for All, un organisme qui défend les libertés dans les nouvelles technologie au Pakistan, voit dans l'interdiction de ces forums de discussion une "violation dictatoriale des droits de l'Homme".

Interrogé sur le sujet, un étudiant en informatique d'Islamabad répond qu'il n'était pas au courant de l'existence de ces services dans son pays. Il tombe des nues: "Mince ! Et dire que j'aurais pu sortir avec des filles !"