International

Moralisation de la vie politique, réforme du travail ou lutte contre le terrorisme: voici les premières mesures que prévoit de prendre le futur président Emmanuel Macron après son arrivée à l'Elysée.

Vie politique 

- Au lendemain de la passation de pouvoir, nomination d'un Premier ministre et composition d'un gouvernement composé de 15 ministres.

- Mise en route d'un projet de loi sur la moralisation de la vie politique, interdisant notamment à un parlementaire d'embaucher un ou plusieurs membres de sa famille.

Lois et ordonnances 

- A l'été, lors d'une session extraordinaire, demande au Parlement de l'autorisation de légiférer par ordonnances, pour appliquer des réformes en se dispensant de débats à l'Assemblée nationale et au Sénat.

- Instauration d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale pour que toutes les forces politiques soient représentées, et réduction d'un tiers du nombre de parlementaires pour mise en application aux législatives de 2022.

Projets et réformes 

- "Simplification" par ordonnances du droit du travail (notamment concernant la durée du travail et les indemnités de licenciement).

- Instauration par ordonnance d'un droit à l'erreur pour tous face aux administrations, notamment en matière fiscale.

- Dans les établissements scolaires des zones d'éducation très prioritaire, limitation à 12 élèves par classe pendant les deux premières années (pour les 7-8 ans).

- Retour des classes bilangues (partiellement supprimées lors de la précédente réforme des collèges), permettant à un élève en première année de collège d'apprendre deux langues étrangères.

Europe 

- Durant la période estivale, tournée des capitales européennes, à commencer par Berlin, pour proposer une feuille de route quinquennale afin de doter la zone euro d'un "vrai budget".

- Suppression des normes européennes "surtransposées" dans le droit français (pour ne plus adopter de règles nationales plus sévères que les directives européennes)

- Fin 2017, proposition de conventions démocratiques dans l'Union européenne permettant des réflexions sur le "contenu de l'action de l'Union" et "ses priorités".

Lutte contre le terrorisme 

- Débat au Parlement sur la prolongation de l'état d'urgence, déjà prolongé cinq fois depuis les attentats de novembre 2015 à Paris, avec échéance en juillet.

- Création d'un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme, ainsi que d'une cellule spéciale du renseignement dédiée au groupe terroriste Etat islamique (EI).

Finances 

- Dès l'entrée en fonction, demande d'un audit sur les finances publiques du pays, "afin de disposer à la mi-juin des résultats de la gestion en cours".

- audit sur la réforme du prélèvement des impôts à la source.

- A l'automne, texte quinquennal sur les finances publiques suivi du projet de loi de finances 2018 à partir du 1er octobre.