International

Le cours du pétrole Brent s'est envolé mardi à Londres, grimpant de près de quatre dollars en une heure, à ses plus hauts niveaux depuis la fin 2000. Vers 14h20 GMT, le baril de Brent de la Mer du Nord pour livraison rapprochée en octobre, référence sur l'International Petroleum Exchange (IPE) de Londres, cotait 30,10 dollars (1 347 BEF; 33,4 euros) contre 27,26 dollars (1 219,5 BEF; 30,23 euros) avant les explosions. Il est monté jusqu'à 31,05 dollars (1 389 BEF; 34,4 euros) à 14h01 GMT. Le marché américain n'a quant à lui pas ouvert ses portes.

«Il y a des motifs d'inquiétudes sur l'approvisionnement en pétrole, c'est la raison pour laquelle le marché pétrolier grimpe », a expliqué un analyste d'une maison de courtage. «La réaction naturelle est de s'attendre à une réplique américaine, ce qui provoquerait une crise entre les Etats-Unis et le monde arabe, et menacerait la sécurité des approvisionnements mondiaux de pétrole», a-t-il précisé, soulignant: «Les Américains devront prendre en compte l'effet que cela pourrait avoir sur leur propre économie et sur la région du Proche-Orient».

De son côté, le secrétaire général de l'Opep Ali Rodriguez a déploré à Caracas que «les spéculateurs profitent même des pires tragédies», ajoutant toutefois que le cartel pétrolier oeuvrait en vue de la stabilisation des prix. « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir la stabilité», a-t-il ajouté, « la hausse des cours n'obéit pas à une action collective ou individuelle d'un pays, mais à l'action isolée de spéculateurs dont l'oeuvre incite à réfléchir» (D'après AFP)

© La Libre Belgique 2001