International

L'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan a qualifié mercredi l'élection de Barack Obama, premier président américain noir, d'événement "historique, qu'il n'espérait pas voir de son vivant". "C'est un changement radical à la tête des Etats Unis d'Amérique", s'est félicité dans un communiqué M. Annan, qui fut lui-même le premier Africain à accéder au poste de secrétaire général de l'ONU. "L'élection de Barack Obama témoigne de ses qualités exceptionnelles de dirigeant et, surtout, démontre la capacité extraordinaire de l'Amérique pour se renouveler et s'adapter à un monde en changement", a estimé M. Annan qui préside aujourd'hui à Genève le Forum humanitaire mondial qu'il a créé en quittant l'ONU. M. Obama "pourra restaurer la réputation et la place des Etats Unis dans la communauté des nation", a encore déclaré l'ancien secrétaire général de l'ONU.

Le ministre syrien de l'Information Mohsen Bilal, dont le pays est en froid avec les Etats-Unis, a exprimé l'espoir mercredi que l'élection de Barack Obama à la présidence américaine contribuerait à "un changement de la politique extérieure" de Washington. M. Bilal, cité par l'agence officielle Sana, "a exprimé l'espoir que la victoire de Barack Obama contribuera à un changement de la politique extérieure des Etats-Unis, et permettra de passer d'une politique de guerre et d'embargo à une politique de diplomatie et de dialogue", selon Sana. Il a appelé le nouveau président américain à "ne pas ignorer les problèmes dont souffrent les peuples et à soutenir la réalisation de la paix, comme (M. Obama) l'avait clamé lors de sa campagne électorale".

Le républicain Colin Powell, ancien secrétaire d'Etat américain dans la première administration de George W. Bush, a salué mercredi l'élection "historique" du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche. L'ex-chef de la diplomatie américaine a prédit que Barack Obama serait le président de tous les Américains. "Le président-élu Obama sera le président de toute l'Amérique", s'est réjoui Colin Powell, en déplacement à Hong Kong. "Il se trouve également qu'il est noir, ce qui en fait un événement vraiment, vraiment historique." Afro-Américain tout comme le sénateur de l'Illinois, Colin Powell avait apporté le mois dernier son soutien au candidat démocrate, plutôt qu'au candidat de son parti, le républicain John McCain.

Le secrétaire général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer a félicité mercredi Barack Obama pour son élection à la présidence américaine, soulignant l'importance de la coopération entre Washington et ses alliés européens face aux menaces actuelles. Adressant ses "félicitations les plus chaleureuses au sénateur Obama pour son élection", M. de Hoop Scheffer a affirmé que "les défis à la sécurité d'aujourd'hui exigent une coopération et une solidarité encore plus fortes entre les Alliés" .

L'élection de Barak Obama à la présidence des Etats-Unis pourrait être "un nouveau départ pour les relations entre l'Europe et les Etats-Unis, même s'ils entretenaient de bonnes relations avec la Belgique et le reste du Vieux Continent"", a déclaré mercredi le ministre des affaires Etrangères Karel De Gucht (Open VLD)."La relation avec l'Europe sera plus profonde, mais pas plus facile pour autant", a-t-il précisé. "L'Europe devra davantage s'engager et sera plus sollicitée, militairement par exemple, et il est plus facile de dire non à Bush qu'à Obama".

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a félicité mercredi Barack Obama pour sa victoire à la Maison Blanche tout en soulignant que désormais il avait endossé le "fardeau" de surmonter la crise financière mondiale. "Evidemment, les Etats-Unis sont un pays puissant. M. Obama a endossé le fardeau alors que le monde traverse actuellement" une crise mondiale, a-t-il dit à des journalistes. M. Erdogan a indiqué que les relations américano-turques progressaient indépendamment des administrations aux Etats-Unis et espéré une avancée dans la voie des intérêts "stratégiques" entre les deux pays, alliés de l'Otan.

Le président égyptien Hosni Moubarak, dont le pays est l'un des alliés clés des Etats-Unis au Moyen-Orient, a espéré mercredi que Barack Obama oeuvrerait de manière "constructive" pour la paix au Proche-Orient, après son élection à la présidence américaine. "Nous attendons une participation constructive de votre part à une solution à la question palestinienne et à la réalisation d'une paix juste et globale, qui est la condition principale de la sécurité et de la stabilité au Moyen-Orient", a affirmé M. Moubarak dans un message de félicitations adressé à M. Obama et rapporté par l'agence égyptienne Mena.

Le Vietnam a "sincèrement félicité" mercredi Barack Obama pour son élection à la présidence des Etats-Unis, se disant persuadé que les deux pays, qui ont depuis longtemps déjà tourné la page de la guerre, continueront de "consolider" leurs relations. "Nous pensons que dans un futur proche, les bonnes et amicales relations, empreintes de coopération, entre le Vietnam et les Etats-Unis continueront à se consolider et se développer au profit des peuples des deux pays, de la paix, la stabilité, la coopération et du développement dans la région et le monde", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Le Dung.

Le premier président noir d'Afrique du Sud Nelson Mandela a félicité mercredi le démocrate américain Barack Obama pour son élection à la présidence américaine, un exemple, selon lui, que tout le monde pouvait "rêver" de changer le monde.

Le président russe Dmitri Medvedev espère que la "nouvelle administration américaine" optera pour de "bonnes relations" avec la Russie, a-t-il dit mercredi dans un discours à la Nation.

Le Premier ministre irlandais Brian Cowen a félicité mercredi le démocrate Barack Obama pour son élection à la présidence américaine, l'invitant à venir dans le comté d'où l'un de ses ancêtres avait émigré vers les Etats-Unis il y a 150 ans. "L'extraordinaire histoire personnelle de Barack Obama --associée à son éloquence et à ses énormes talents politiques-- adresse un message d'espoir puissant aux amis de l'Amérique à travers le monde", a indiqué M. Cowen. "Nous avons hâte que le nouveau président mette à profit la forte relation de l'Amérique avec l'Union européenne et les autres pays dans le monde", a-t-il poursuivi. "En ce jour, nous nous souvenons de tous de ceux qui se sont battus pour les droits civiques en Amérique pendant si longtemps, et de tous ceux qui travaillent aujourd'hui dans le monde pour la justice et la paix", a ajouté M. Cowen, estimant qu'"à une période d'immenses défis internationaux, ce jour est un jour d'espoir pour le monde".

Le gouvernement espagnol a salué mercredi la "volonté de changement" de la société américaine avec la victoire du candidat démocrate Barack Obama à la présidentielle et espère "consolider" ses relations avec Washington qui étaient plutôt froides sous l'administration Bush. "La volonté de changement a donné (à Barack Obama) un appui majoritaire dans la société nord-américaine. Il y a eu une volonté généralisée de changement dans la façon de conduire la politique économique, sociale et diplomatique", a souligné le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos sur la radio privée espagnole Cadena Ser.

Le président du Parlement européen, l'Allemand Hans-Gert Poettering, a félicité mercredi le nouveau président américain, Barack Obama, tout en l'invitant dès à présent à venir s'exprimer devant l'assemblée européenne au printemps prochain. Le résultat de l'élection "prouve une nouvelle fois l'extraordinaire capacité de renouveau qui a été si souvent évidente lors de moments difficiles dans l'histoire américaine", juge le président du Parlement dans une lettre de félicitations.

Les défis que devra relever Barack Obama sont nombreux et complexes", constate Didier Reynders, président du MR, qui salue "avec satisfaction" l'engouement et la mobilisation que l'élection présidentielle américaine a suscités auprès des citoyens américains. "Rapidement, il devra rassurer et prendre de nouvelles orientations économiques pour sortir son pays de la crise financière, boursière et économique dont les répercussions en Europe et dans le monde entier se font sentir avec force", poursuit Didier Reynders dans un communiqué. Il faudra, selon lui, que les Etats-Unis s'engagent clairement en matière environnementale et dans le protocole de Kyoto. Le MR et son président se réjouissent également de l'accession à la Maison blanche d'un afro-américain, "ce qui représente bel et bien une cassure profonde et définitive avec la politique ségrégationniste du passé".

Yves Leterme "félicite de tout coeur" le candidat démocrate à la Maison blanche Barack Obama pour "la victoire qu'il vient de remporter aux élections présidentielles", dans une lettre qu'il lui adresse. "Votre investiture comme 44e Président des Etats-Unis d'Amérique s'inscrit dans une époque de grandes attentes de la population vis-à-vis de leurs dirigeants politiques. Les défis ne manqueront pas", écrit Yves Leterme. "Nos pays et nos peuples entretiennent une amitié sincère, basée sur une communauté de valeurs et d'appartenance." "Je vous invite dès lors à travailler ensemble à des mesures en vue de répondre à la crise financière et au ralentissement économique, au changement climatique et à la pénurie d'énergie, à la lutte contre la pauvreté et, enfin, aux problèmes de paix et de sécurité", conclut le Premier ministre.

Le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski a évoqué mercredi "une nouvelle image de l'Amérique dans le monde" en saluant la victoire de Barack Obama à la présidentielle des Etats-Unis. "C'est un moment de joie. Les Américains ont le sentiment qu'il s'est passé quelque chose d'important qui ouvre un nouveau chapitre dans l'Histoire de leur pays, qui leur permet de retrouver la fierté d'être Américains", a déclaré M. Sikorski à la radio publique Trojka.

M. Sikorski s'est dit optimiste sur l'avenir du projet d'installation sur le sol polonais d'éléments du bouclier antimissile américain. "J'admets qu'il (Obama) penchera pour ce qui est une attitude normale aux Etats-Unis, c'est à dire pour le respect de l'accord conclu par son prédécesseur", a-t-il dit. Signé fin août par les gouvernements polonais et américain à l'issue de plus d'un an de difficiles négociations, l'accord attend sa ratification par le parlement polonais. Une fois ratifié, les Etats-Unis pourront, à l'horizon 2012, installer en Pologne dix intercepteurs capables de détruire en vol d'éventuels missiles balistiques de longue portée, couplés à un puissant radar implanté en République tchèque.

Le président vénézuelien Hugo Chavez a félicité mercredi Barack Obama pour son "élection historique" et exprimé sa volonté d'établir de "nouvelles relations" avec les Etats-Unis et relancer "un agenda bilatéral constructif" pour le bien-être des deux peuples.

Le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a félicité mercredi Barack Obama pour sa victoire à la présidence des Etats-Unis, en estimant que cette élection allait promouvoir "la paix et la stabilité" dans la région. "J'espère que sous votre direction, les Etats-Unis vont continuer à être une source de paix et d'idées nouvelles pour l'humanité", a déclaré le Premier ministre dans un communiqué. M. Gilani a souhaité que la présidence de Barack Obama crée "de nouvelles occasions de discuter des moyens de renforcer les relations entre le Pakistan et les Etats-Unis et de promouvoir la paix et la stabilité dans la région et au-delà". Le Pakistan, seule puissance nucléaire du monde musulman, est un allié de premier plan des Etats-Unis dans la "guerre contre le terrorisme" menée depuis 2001.

Le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a félicité mercredi Barack Obama pour sa victoire à la présidence des Etats-Unis, en estimant que cette élection allait promouvoir "la paix et la stabilité dans la région."

Le Premier ministre israélien sortant Ehud Olmert a salué mercredi la victoire "éclatante et historique" de Barack Obama à la présidentielle américaine, émettant l'espoir d'un "resserrement" des relations bilatérales et des progrès dans le processus de paix sous son mandat.

Les relations entre Rome et Washington resteront "amicales" après la victoire de Barack Obama à l'élection présidentielle américaine, a assuré Paolo Bonaiuti, porte-parole du chef du gouvernement Silvio Berlusconi, très proche du républicain sortant George W. Bush. "Les relations qui vont s'instaurer entre Rome et Washington après la victoire d'Obama sont des relations entre deux Etats amis", a assuré M. Bonaiuti à la radio, rappelant que Berlusconi avait eu "un excellent rapport" 1994 avec le président de l'époque, le démocrate Bill Clinton. La déclaration de M. Bonaiuti, un des plus proches collaborateurs de Berlusconi, est la première réaction officielle du gouvernement italien au résultat de la présidentielle américaine. En août dernier, Silvio Berlusconi avait affirmé ne pas avoir de préférence, après s'être prononcé en faveur du républicain John McCain en juin. "Personnellement, je n'exprime pas de préférence. Je considère qu'il serait totalement inopportun que le président du Conseil italien se mêle du débat électoral interne d'un grand pays ami et allié comme les Etats-Unis", avait déclaré Berlusconi. Il s'était aussi dit convaincu que "les principes fondamentaux de la politique étrangère américaine ne changeront pas". Début juin, il avait exprimé une préférence "très personnelle, en faveur du candidat républicain, pour un motif très égoïste: je cesserai d'être le plus vieux au G8", le groupe des huit grandes puissances industrialisées.

Le Vatican a dit espérer mercredi que le président-élu américain Barack Obama réponde "aux attentes" de paix et de justice dans le monde, selon le porte-parole Federico Lombardi.

Le Premier ministre indien Manmohan Singh a salué "l'extraordinaire" victoire du démocrate Barack Obama, élu mercredi 44e président des Etats-Unis, dans un message de félicitations et l'a invité à se rendre en Inde dès que possible. Les peuples d'Inde et des Etats-Unis "sont liés par leur attachement commun à la liberté, la justice, le pluralisme, les droits individuels et la démocratie", a déclaré M. Singh. "Ces idéaux constituent de solides bases pour un partenariat stratégique et amical entre notre deux nations", a-t-il ajouté, saluant "le parcours extraordinaire (de M. Obama) vers la Maison Blanche".

La chef du parti Kadima (centre) et ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a estimé que le président élu des Etats-Unis Barack Obama était "profondément engagé pour la sécurité d'Israël". "Durant sa dernière visite en Israël (en juillet), le président élu a visité avec moi Sdérot (sud) et les habitants d'Israël en ont tiré le sentiment qu'il s'agit d'un homme profondément engagé pour la sécurité et la paix d'Israël", a déclaré Livni dans un communiqué félicitant M. Obama pour sa victoire. La ville de Sdérot est l'une des principales cibles des tireurs de roquettes palestiniens. "Israël attend de poursuivre la coopération stratégique étroite avec la nouvelle administration et le nouveau président américain, et espère le resserrement des liens particuliers et inébranlables entre nos deux pays", a encore dit Tzipi Livni. Mme Livni est l'un des principaux candidats à la succession du Premier ministre du gouvernement de transition Ehud Olmert, lui-même issu du Kadima, lors de l'élection qui doit avoir lieu le 10 février.

Le Premier ministre portugais José Socrates a évoqué mercredi en Barack Obama "une voix d'espérance et son élection représente une opportunité de changement pour les Etats-Unis et le monde", dans un message de félicitation au vainqueur de la présidentielle américaine. Qualifiant la victoire d'Obama de "moment historique", le chef du gouvernement socialiste portugais souligne qu'elle "représente aussi la possibilité d'un nouveau cycle de relations entre les Etats-Unis et l'Europe au service de la paix, de la coopération entre les peuples et d'une mondialisation plus juste et régulée".

Le triomphe du candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama pourrait être source d'ennuis pour le président colombien Alvaro Uribe, dont le pays, de plus en plus critiqué pour les violations de droits de l'Homme, était auparavant le premier allié des Etats-Unis dans la région.

L'élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis est une "occasion et un test pour l'Amérique et le monde", s'est félicité mercredi le député conservateur iranien Hamid-Reza Haji-Babaie, membre du bureau de la présidence du parlement.

Le chef de l'opposition de droite israélienne Benjamin Netanyahu, candidat au poste de Premier ministre, s'est dit convaincu qu'il pourra oeuvrer à la paix au Proche-Orient avec le nouveau président américain Barack Obama. "Je suis convaincu que nous travaillerons ensemble pour la paix dans notre région et un meilleur avenir pour nous tous", a déclaré M. Netanyahu dans une lettre adressée à Barack Obama peu après l'annonce de sa victoire à la Maison Blanche. "Vous et le peuple américain avaient suscité un changement historique et avaient rappelé au monde ce pour quoi les Etats-Unis se battent: l'espoir et la promesse d'un avenir meilleur", a-t-il ajouté dans sa lettre. Le chef de l'opposition de droite est l'un des candidats au poste de Premier ministre qui doit être élu en Israël le 10 février. Son parti devance généralement dans les sondages le Kadima, la formation centriste de Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de transition d'Ehud Olmert.

Le président sortant George W. Bush a félicité son successeur Barack Obama pour son écrasante victoire, lui promettant une "transition aisée" après ses deux mandats à la Maison Blanche. "Quelle nuit impressionnante pour vous", a lancé Bush à Obama, à 23h12, téléphonant au sénateur de l'Illinois peut après qu'il ait recueilli le nombre suffisant de voix de Grands électeurs pour être considéré comme président-élu. "Vous êtes sur le point de vous engager dans un des grands voyages de la vie. Félicitations, et profitez-en bien". George W. Bush a également téléphoné au républicain John McCain: "John, vous avez tout donné. Je suis fier de vous et je suis désolé que ça n'ait pas marché", a-t-il dit au rival malheureux d'Obama, selon la porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino. Le vice-président Dick Cheney a de son côté téléphoné au colistier de Barack Obama Joe Biden pour le féliciter. Le président sortant devait faire une déclaration officielle dans les jardins de la Maison Blanche à 10h40 locales mercredi matin. Le président, très impopulaire et devenu un véritable repoussoir dans la campagne, est resté invisible toute la journée. Il avait voté par correspondance il y a plusieurs jours, et était donc absents des bureaux de vote mardi, sans aucune autre apparition publique. Il a passé la soirée à la Maison Blanche, regardant les résultats à la télévision. Et la seule fête prévue, un dîner, était due au fait que le 4 novembre est également l'anniversaire de la First Lady, qui fêtait ses 62 ans. Pendant le dîner, Bush avait porté un toast: "Que Dieu protège celui qui gagnera ce soir".

La chancelière allemande Angela Merkel a félicité mercredi Barack Obama pour sa victoire "historique" à l'élection présidentielle américaine, affirmant dans un communiqué son attachement au partenariat avec les Etats-Unis. "Je vous félicite pour votre victoire historique à l'élection présidentielle," a affirmé Mme Merkel. "Soyez convaincu que mon gouvernement est conscient de l'importance et de la valeur de notre partenariat transatlantique", a-t-elle ajouté tout en invitant M. Obama à prochainement se rendre en Allemagne.

Le président sud-africain Kgalema Motlanthe a félicité mercredi Barack Obama pour son élection à la Maison Blanche. "L'Afrique, aujourd'hui, est fière de vos résultats, et attend avec intérêt de fructueuses relations de travail", a déclaré M. Motlanthe. "Votre élection (..). porte en elle l'espoir pour des millions de vos compatriotes et pour des millions de personnes d'origine africaine (...) tant sur le continent africain que pour ceux de la diaspora", a-t-il ajouté. Le président sud-africain a déclaré qu'il espérait que la pauvreté et le sous-développement recevront une plus grande attention de la part de la nouvelle administration américaine.

Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré que la "victoire brillante" de M. Obama soulevait "un immense espoir", dans une lettre au président élu américain. "Recevez mes félicitations les plus chaleureuses, et à travers moi, celles du peuple français tout entier. Votre victoire brillante récompense un engagement inlassable au service du peuple américain", écrit M. Sarkozy. "En vous choisissant, c'est le choix du changement, de l'ouverture et de l'optimisme qu'a fait le peuple américain", déclare le président français. "Au moment où nous devons faire face tous ensemble à d'immenses défis, votre élection soulève en France, en Europe et au-delà dans le monde un immense espoir. Celui d'une Amérique ouverte, solidaire et forte qui montrera à nouveau la voie, avec ses partenaires, par la force de l'exemple et l'adhésion à ses principes", affirme M. Sarkozy. "La France et l'Europe, qui sont unies depuis toujours aux Etats-Unis par les liens de l'histoire, des valeurs et de l'amitié, y puiseront une énergie nouvelle pour travailler avec l'Amérique à préserver la paix et la prospérité du monde", ajoute M. Sarkozy. Au nom de la présidence française de l'Union européenne, Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, a souhaité "le plus grand succès" à M. Obama. "La France, l'Europe, la communauté internationale ont besoin de son dynamisme, de son refus des injustices et de sa volonté d'aller de l'avant pour bâtir un monde plus stable, plus sûr et plus juste", a déclaré M. Kouchner.

De son côté, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré que le moment était venu "d'un engagement renouvelé entre l'Europe et les Etats-Unis d'Amérique". "Nous avons besoin d'un +new deal+ pour un nouveau monde. J'espère sincèrement que sous la direction du président Obama, les Etats-Unis joindront leurs forces à l'Europe pour mener à ce 'new deal', pour le bénéfice de nos sociétés et du monde entier", a déclaré M. Barroso dans un communiqué.

Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a appelé le futur président américain Barak Obama, qu'il a félicité pour sa victoire, à agir pour résoudre la crise financière mondiale. "Je veux féliciter le sénateur Obama pour son élection (...) ainsi que les citoyens américains", a déclaré M. Yudhoyono à la presse. "J'ai la conviction que nous pouvons améliorer nos relations bilatérales, les Etats-Unis et l'Indonésie étant deux grandes démocraties", a ajouté le président à Jakarta, une ville où Barack Obama a vécu enfant durant quatre ans à la fin des années 1960 lorsque sa mère s'est remariée avec un Indonésien.

Comme de nombreux pays émergents, l'Indonésie a été sévèrement affectée ces dernières semaines par la crise, qui a fait plonger son marché boursier et sa monnaie.

Le Soudan, classé sur la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme, a exprimé l'espoir mercredi que la victoire de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis introduirait "un changement réel" dans les relations très tendues entre les deux pays. "Le résultat de l'élection est une affaire purement interne, mais sûrement, les Etats-Unis étant la seule grande puissance au monde, il affecte tous les autres pays", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères à Khartoum Ali al-Sadik. "Nous espérons que le slogan lancé par le président (élu) Obama -"le changement"- se traduira dans la politique étrangère des Etats-Unis, surtout à l'égard du Soudan et des pays opprimés, la Palestine, l'Irak et la Somalie", a ajouté le porte-parole. "Nous voulons voir un changement réel entre le Soudan et les Etats-Unis", a-t-il encore dit, appelant à une reprise du dialogue bilatéral en vue d'une normalisation entre les deux pays.

Le chef de la diplomatie irakienne, Hoshyar Zebari, a réagi avec réserve. "Nous respectons le choix des Américains", a déclaré M. Zebari à l'AFP. "Nous ne pensons pas qu'il y aura un brusque changement politique, et il n'y aura pas un désengagement rapide américain d'Irak, car une affaire importante se joue ici", a-t-il dit. M. Obama a annoncé pendant sa campagne qu'il entendait retirer la plus grande partie des troupes américaines d'Irak seize mois après son entrée en fonctions.

Au Kenya, pays dont le père du président élu américain était originaire, le président Mwai Kibaki a décrété jeudi journée fériée "afin de permettre aux Kényans de célébrer l'exploit historique" de Barack Obama. "La victoire du sénateur Obama est la victoire de notre pays, en raison de ses racines, ici au Kenya", a déclaré M. Kibaki. Kogelo, le village de la grand-mère paternelle de Barack Obama dans l'ouest du Kenya, a accueilli dans la liesse l'élection du sénateur de l'Illinois.

Le président mexicain Felipe Calderon a félicité Barack Obama de "son triomphe". M. Calderon a confiance en "l'émergence d'une nouvelle étape de progrès dans la relation entre les deux pays", selon un communiqué de la présidence mexicaine.

La Colombie, premier allié des Etats-Unis en Amérique latine, félicite M. Obama et lui "réitère sa disposition à continuer à travailler sur des thèmes communs", a annoncé le ministère colombien des Affaires étrangères.

Le chef historique du syndicat polonais Solidarité Lech Walesa a félicité mercredi Barack Obama pour son élection à la Maison Blanche, tout en espérant qu'il saura trouver un moyen pour sortir les Etats-Unis d'une crise économique et politique. "Je le félicite même si c'est une grande inconnue" qui nous attend, a déclaré à l'AFP l'ancien président polonais. "Il a défendu les règles économiques capitalistes tout en représentant un populisme social", selon Lech Walesa. "Il y a bien des choses qu'il connaît pas mais peut-être grâce à cela il saura découvrir de nouvelles formules de gouverner cette puissance mondiale", a espéré Lech Walesa. Selon lui, les Etats-Unis restent une puissance militaire mais leur situation économique est moins bonne et leur "situation politique encore moins bonne".

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a félicité mercredi Barack Obama pour son élection à la présidence américaine, saluant ses "valeurs progressistes et sa vision pour l'avenir". "Je voudrais offrir mes sincères félicitations à Barack Obama pour avoir remporté la présidence des Etats-Unis", a indiqué M. Brown dans un communiqué, rendant également hommage au sénateur John McCain, candidat républicain battu. "La relation entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni est vitale pour notre prospérité et notre sécurité", a relevé M. Brown. "Barack Obama a mené une campagne inspirée, une politique stimulante avec des valeurs progressistes et sa vision pour l'avenir". "Je connais Barack Obama et nous partageons de nombreuses valeurs. Nous sommes tous les deux déterminés à montrer que le gouvernement peut agir pour aider équitablement les gens à traverser ces temps difficiles pour l'économie mondiale", a poursuivi le chef du gouvernement britannique. "J'ai hâte de travailler de manière très proche avec lui dans les prochains mois et prochaines années", a-t-il ajouté.

Les Philippines ont félicité le démocrate Barack Obama pour sa victoire "historique" mercredi à l'élection présidentielle américaine, appelant à une plus étroite coopération entre les deux pays. "Nous voulons exprimer nos sincères félicitations au président élu Barack Obama, qui devient le 44e président des Etats-Unis, pour sa victoire historique et brillante", a déclaré Lorelei Fajardo, porte-parole de la présidente Gloria Arroyo. "Son appel au changement a ouvert une nouvelle phase de la politique américaine, signe d'espoir et d'inspiration non seulement pour le peuple américain mais aussi pour les citoyens du monde entier", a-t-elle ajouté. "L'Amérique a toujours été le bastion de la démocratie et le monde a toujours attendu que les Etats-Unis montrent la direction. Obama a promis le changement et le peuple américain comme le reste du monde, attend ces changements", a-t-elle encore déclaré. "Nous attendons une plus étroite coopération entre les Etats-Unis et les Philippines, les démocrates ont toujours été de bons alliés", a encore ajouté Mme Fajardo, alors que les Philippines sont une ancienne colonie américaine.

Le Premier ministre français François Fillon a adressé mercredi ses "félicitations les plus vives" à Barack Obama pour sa victoire "historique" à l'élection présidentielle américaine, a annoncé Matignon. "Votre si belle victoire est historique. Elle illustre la vitalité et la maturité de la démocratie américaine. Elle consacre votre parcours exceptionnel qui constitue un symbole éclatant de renouveau et de rassemblement", écrit M. Fillon dans un message de félicitations au président élu des Etats-Unis, rendu public par le service de presse du Premier ministre. "Votre succès est le signe que le rêve américain continue d'inspirer votre peuple. Et ce rêve transcende aujourd'hui les frontières. Votre victoire adresse au monde un message d'espoir et d'ouverture", poursuit-il.

Le président chinois Hu Jintao a félicité mercredi Barack Obama pour sa victoire à l'élection présidentielle américaine, indiquant vouloir élever les relations entre la Chine et les Etats-Unis à un nouveau niveau, a indiqué le ministère des Affaires étrangères. "Dans cette nouvelle période historique, j'espère, grâce à nos efforts communs (...) renforcer sans cesse le dialogue, les échanges bilatéraux, la confiance et la coopération mutuelles et porter la relation constructive entre la Chine et les Etats-Unis à un nouveau niveau", a déclaré le numéro un chinois dans un télégramme adressé à M. Obama, cité par le ministère.

Le président afghan Hamid Karzaï a félicité mercredi Barack Obama, affirmant que sa victoire à l'élection présidentielle américaine allait faire entrer le monde dans une "ère nouvelle".

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a appelé mercredi le président américain élu Barack Obama à accélérer les efforts en vue d'un règlement du conflit israélo-palestinien. "Le président Abbas félicite le président américain élu Barack Obama en son nom et au nom du peuple palestinien et espère qu'il va accélérer les efforts déployés en vue de parvenir à la paix, d'autant que le règlement du problème palestinien et du conflit israélo-arabe est la clef de la paix mondiale", a affirmé à l'AFP le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina. "Le président Abbas espère que la nouvelle administration continuera de faire de l'instauration de la paix une de ses principales priorités", a ajouté M. Abou Roudeina, parlant de Budapest, où M. Abbas achevait mercredi un visite de deux jours.

La fille du militant des droits civiques Martin Luther King, Bernice King, a salué mardi soir l'élection du démocrate Barack Obama à la présidence des Etats-Unis d'Amérique, affirmant que son père "aurait été fier". "Je sais que mon père aurait été fier de l'Amérique pour cela", a dit Bernice King interviewée par la chaîne CNN, peu après l'annonce de la victoire de Barack Obama.