International

Cinq heures à peine après le triple attentat kamikaze commis à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, le Premier ministre turc Binali Yildirim se rendait sur les lieux de l’attaque, pour y dénoncer un acte "dont tous les indices convergent vers Daech".

Cette attaque est la plus meurtrière dans la métropole turque depuis des décennies. Elle a tué 41 personnes dont 13 étrangers (plusieurs Saoudiens, deux Irakiens, un Tunisien, un Ouzbek, un Chinois, un Iranien, un Ukrainien et un Jordanien) et fait 239 blessés. Une journée de deuil national a été décrétée ce mercredi. Pour les autorités turques, l’origine de cette attaque ne fait pas mystère.