International "Le trafic d’êtres humains se joint à d’autres trafics. On a affaire à des milieux hybrides où l’on fait aussi du trafic d’armes, du trafic de drogue, de pétrole frelaté, etc. Tout cela constitue un bon petit pactole qui permet d’acheter une protection. On a donc des milices qui font dans le multi-business et qui protègent les trafiquants impliqués dans divers types de trafics. On a entendu beaucoup de discours allant dans le sens de grands plans d’actions au niveau européen afin de casser le "business model" des trafiquants. Il faut vraiment un travail de police pour pister l’argent, comme s’il s’agissait de drogue ou de terrorisme".

Vincent Cochetel, nommé en juin 2016 au poste d’envoyé spécial du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies pour la Libye et la Méditerranée centrale, répond aux questions de notre journaliste.