International

La société d'investissements américaine Och-Ziff Capital Management a écopé jeudi d'une amende de 413 millions de dollars pour avoir versé des pots-de-vin à des responsables africains, notamment à des dirigeants du fonds souverain libyen LIA.

Och-Ziff était accusée d'avoir corrompu des dirigeants de LIA pour obtenir la gestion de ses investissements, a indiqué le gendarme boursier américain (SEC) dans un communiqué.

Et aussi d'avoir soudoyé des responsables pour obtenir des droits sur des mines au Tchad, au Niger, en Guinée et en République démocratique du Congo (RDC), a énuméré la SEC.

Och-Ziff, qui devra verser 200 millions de dollars au gendarme boursier, "a usé de vastes et complexes stratagèmes pour (...) décrocher d'importants contrats et bénéfices grâce à la corruption", a relevé Andrew Ceresney, un responsable de la SEC cité dans le communiqué.

La société devra également payer 213 millions de dollars au ministère américain de la Justice pour mettre un terme aux poursuites engagées contre elle.

Les autorités agissaient en vertu de la loi dite FCPA qui leur permet de sanctionner les entreprises américaines ou actives aux Etats-Unis qui se rendent coupables de corruption partout sur le globe.