International

Le Premier ministre arménien, héros de la révolution de velours, défend l’ambition de son gouvernement dans cette interview à La Libre Belgique. Interview.

Vous avez assisté à votre première commémoration du génocide arménien en tant que Premier ministre. Quel est votre sentiment ?

"Le 24 avril est un jour très important pour tous les Arméniens. J’ai le même sentiment que ceux-ci à travers le monde. Il est impératif, comme Premier ministre, de poursuivre le processus de reconnaissance du génocide au niveau international et la criminalisation de la négation des génocides, y compris l’arménien. Il faut protéger l’humanité d’autres génocides."

(...)