International Des cloches électrifiées placées à la demande du clergé et non-conformes aux normes de sécurité auraient pu générer un court-circuit à l'origine de l'incendie, selon nos confrères de Marianne et du Canard Enchaîné.

L'enquête sur l'origine de l'embrasement de la cathédrale Notre-Dame de Paris suit son cours. Après l'hypothèse d'un "point chaud ayant entraîné le départ de l'incendie" ou encore d'un court-circuit lié au système électrique de deux ascenseurs de chantier installés dans l'échafaudage qui ont toutes deux été balayées, une nouvelle brèche dans la sécurité de l'édifice a été révélée par nos confrères de Marianne et du Canard Enchaîné.

"Des fils électriques courraient dans les combles, placés à la demande expresse du clergéAu risque de court-circuit, et en infraction à tous les règlements de sécurité édictés par les architectes en chef des monuments historiques", révèle le Canard Enchaîné. L'architecte en chef des monuments historiques Benjamin Mouton, interrogé par le média en question, admet d'ailleurs que cette installation était censée être "provisoire". Sauf que, trois première cloches avaient été installées en 2007 au dessus de la clé de voûte du transept. Au niveau de la flèche, que l'on présente comme le foyer de l'incendie, trois cloches de plus avaient été remises en service en 2012. Ces cloches auraient sonné à... 18h04 le 15 avril dernier, soit 16 minutes avant l'incendie dévastateur.

Les cloches électrifiées restent, pour l'heure, la seule hypothèse, qui pourrait justifier le sinistre.