International

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), a recommandé à l'ensemble des compagnies européennes de ne plus desservir jusqu'à nouvel ordre l'aéroport de Tel Aviv.

Les compagnies aériennes Brussels Airlines et Jetair ont décidé mercredi d'annuler leurs vols prévus jeudi pour Tel Aviv (Israël). Une décision similaire avait été prise par les deux sociétés pour des vols vers Tel Aviv prévus mardi et mercredi. Jetair avait dévié un avion devant atterrir mardi à Tel Aviv vers Chypre. El Al Israël Airlines continue à proposer des vols vers Tel-Aviv depuis des aéroports européens, dont celui de Bruxelles. Les voyageurs concernés par l'annulation de leur vol Bruxelles-Tel Aviv jeudi peuvent postposer leur voyage à une date ultérieure ou demander un remboursement auprès du service clientèle, indique la compagnie Jetair. Les informations relative aux prochains vols seront mises en ligne sur le site de la compagnie aérienne, précise-t-elle.

Le groupe de transport aérien allemand Lufthansa a annoncé mercredi une nouvelle suspension qui concerne 20 avions prévus jeudi au départ de Bruxelles, Francfort, Munich, Cologne, Zurich et Vienne vers Tel Aviv, soit l'ensemble des vols de la compagnie et de ses filiales, dont Brussels Airlines.

"A l'heure actuelle, il y a pas de nouvelles informations suffisamment fiables qui justifieraient une reprise du trafic", explique Lufthansa.

La compagnie Brussels Airlines confirme l'annulation de ses six vols ce mercredi et de ses quatre vols jeudi vers Tel Aviv depuis Brussels Airport. Vendredi, un vol retour depuis Tel Aviv vers Bruxelles a été également annulé, l'avion n'ayant pas quitté Brussels Airport. La décision quant aux départs vendredi vers Tel Aviv depuis Brussels Airport ne sera prise que jeudi, annonce Wencke Lemmes, porte-parole de Brussels Airlines.

La compagnie aérienne israélienne El Al, qui assure toujours des vols depuis des aéroports européens vers Tel Aviv, envisage, elle, d'augmenter la fréquence de ses vols entre l'Europe et Israël, a indiqué Sagi Agranat, general manager chez El Al, à l'agence Belga.

"L'été est une période de pointe pour les Israéliens qui font la navette entre l'Europe et Israël. Nous listons actuellement tous les avions disponibles en vue d'assurer des vols supplémentaires", explique Sagi Agranat. "Nous voulons aussi ramener à la maison les Israéliens qui sont coincés en Turquie par exemple, en raison de l'annulation de vols par d'autres compagnies aériennes."

Plusieurs compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers Tel Aviv, après qu'une roquette tirée depuis la bande de Gaza a frappé mardi matin une localité située en bordure nord de l'aéroport israélien.

La compagnie aérienne israélienne ne voit elle aucune raison de suspendre ses vols. "Notre société est connue pour ses normes élevées de sécurité. Nous avons analysé la situation à (l'aéroport) Ben Gourion (...). Notre décision de continuer à voler à destination de Tel Aviv est approuvée par le ministère israélien des Transports et les autorités de l'aviation civile d'Israël", a expliqué Sagi Agranat.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), a, elle, recommandé mercredi soir à l'ensemble des compagnies européennes de ne plus desservir jusqu'à nouvel ordre l'aéroport de Tel Aviv.


Une "grande victoire", selon le Hamas

Le Hamas a qualifié mercredi de "grande victoire" la suspension de vols internationaux depuis et vers Israël par crainte de tirs de roquettes palestiniennes.

"La fermeture de l'espace aérien israélien est une grande victoire pour la résistance, et le couronnement de l'échec d'Israël", a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, dans un communiqué.

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza s'est écrasée mardi près de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, provoquant la suspension des vols des principales compagnies américaines et européennes depuis et vers Israël, pour la première fois depuis la guerre du Golfe (1990-91).

La suspension était toujours maintenue mercredi, 16e jour de l'offensive israélienne lancée pour mettre fin aux tirs de roquettes et détruire le réseau de tunnels du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Depuis le début de l'opération le 8 juillet, quelque 2.120 roquettes ont été tirées sur l'Etat hébreu, dont 1.752 ont atteint le territoire israélien, et 433 ont été interceptées par le système anti-missile Iron Dome, selon l'armée.

L'offensive israélienne a fait plus de 670 victimes palestiniennes, en majorité des civils selon l'ONU.

Dans l'autre camp, 34 Israéliens sont morts: 32 soldats tués en majorité dans les combats à Gaza et deux civils dans la chute d'obus tirés depuis Gaza en Israël, selon l'armée. Un troisième civil, un étranger dont la nationalité n'a pas été communiquée, a aussi péri par un tir palestinien.