International

DERNIERES MINUTES

Le nombre de Belges, se trouvant à New York et n'ayant pas donné de nouvelles suite aux attentats diminue d'heure en heure, déclare le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué publié vendredi.

Sur les 521 personnes répertoriées au Centre de Crise du Ministère des Affaires étrangères, 461 ont pu être localisées et sont indemnes. Le Centre de Crise et le Consulat général à New York poursuivent la recherche d'information sur les cas non encore élucidés. A cette fin, ils contactent les familles, consultent les listes de disparus et de personnes hospitalisées, ainsi que les listes de passagers. L'absence de données suffisantes empêche parfois de clôturer certains dossiers.

Parmi les 60 cas non élucidés se trouvent quatre Belges qui travaillaient habituellement au World Trade Centre ou à proximité immédiate et qui n'ont toujours pas pris contact avec leurs familles qui les cherchent. Nous sommes sans nouvelles d'eux malgré les recherches du Consulat général de Belgique à New York. Le ministère des Affaires étrangères demande aux personnes ayant reçu confirmation de ce que leurs proches sont sains et saufs à New York de communiquer cesinformations le plus rapidement possible au Centre de crise (au 02/501.40.01 pour les francophones, au 02/501.40.00 pour les néerlandophones).

Des policiers ont pris d’assaut un avion d’American Airlines jeudi soir à l’aéroport Kennedy de New York et interpellé deux hommes et une femme qui se trouvaient à bord, selon le témoignage vendredi d’un passager sur la chaîne ABC.

«Il y a subitement eu une énorme agitation à l’arrière (..) la police prenait d’assaut l’appareil et convergeait vers la rangée 19», a raconté le passager, Jim Hunter, qui attendait à bord de l’appareil depuis plus de deux heures.

Les agents «se sont emparés d’un passager, qui a commencé à hurler (..) pas en anglais. Il était de toute évidence étranger», a-t-il dit. «Il a fortement résisté, donnait des coups de pied, hurlait», a-t-il dit.

A ce moment-là, «15 à 20 autres policiers portant tout l’équipement de SWAT (unité d’élite, ndlr), avec des casques, des fusils et des pistolets ont essayé de prendre le contrôle de l’avion aussi vite que possible», a ajouté le témoin.

Il sont allés interpeller un autre homme, qui n’a offert aucune résistance, à la rangée numéro 8 ainsi qu’une femme, un passager ayant indiqué qu’elle était montée à bord de l’avion avec l’homme interpellé, a indiqué Jim Hunter.

Les passagers étaient montés à bord vers 17H00 (22H00 GMT) avant d’apprendre, 20 minutes plus tard, que l’aéroport avait été fermé pour des raisons de sécurité, l’équipage espérant toutefois alors pouvoir décoller d’ici une heure.

Au bout de deux heures, le pilote est entré dans la cabine et a commencé à «scruter les téléphones cellulaires et les appareils électroniques des gens», a raconté Jim Hunter.

«Il a menacé de les confisquer si les gens ne les rangeaient pas» et a finalement retiré ses écouteurs à la femme, qui devait être ensuite interpellée, a-t-il ajouté.

Un co-pilote est alors arrivé et lui a demandé de se rendre de toute urgence à l’avant de l’appareil. Interrogé par des passagers, qui lui demandaient si c’était des bonnes nouvelles, le co-pilote a répondu: «non».

Les policiers d’élite ont pris d’assaut l’appareil quelques instants plus tard. La police a arrêté plusieurs hommes jeudi, dont l’un porteur d’une fausse licence de pilote, aux aéroports de Kennedy et La Guardia (New York), qui pourraient avoir été sur le point de lancer de nouvelles attaques suicides à bord d’avions détourné.

Ces hommes, dont certains auraient été en possession de couteaux à manche en plastique selon les médias, voulaient embarquer dans deux avions à destination de la Californie.

Cette série d’arrestations a entraîné la fermeture des trois aéroports de New York, John F. Kennedy (JFK), La Guardia et Newark, qui venaient tout juste de rouvrir.

Le témoignage du passager d’American Airlines ne permet pas dans l’immédiat d’effectuer un recoupement avec les arrestations annoncées par la police new-yorkaise.