International

La défense de la nature est un exercice périlleux au Kivu. Le 15 février dernier a été annoncée la réouverture du Parc national des Virunga, plus de dix mois après l’assassinat d’un éco-garde et le kidnapping de deux touristes britanniques. Des défis qu’a dû relever le directeur du parc, Emmanuel de Merode, qui doit aussi, parallèlement, mener le combat pour rendre les activités du parc viables au plan économique, en promouvant l’exploitation de ses sites hydroélectriques après les attaques rebelles de décembre 2017 contre le chantier de la centrale de Luviro.

Une nouvelle épreuve est survenue le 14 février dernier avec l’incarcération à la prison de Munzenze d’Ephrem Balole, gérant de la société Virunga SARL - dont Emmanuel de Merode est directeur général - qui construit et gère les centrales hydroélectriques du parc.