International

Plus de 5.000 militaires américains vont être déployés à la frontière mexicaine pour empêcher l'entrée sur le territoire d'une caravane de migrants centraméricains fuyant la violence et la misère dans leurs pays, a annoncé lundi le Pentagone. "D'ici à la fin de la semaine, nous allons déployer plus de 5.200 soldats à la frontière sud-ouest" qui s'ajouteront aux quelque 2.000 membres de la Garde nationale déjà sur le terrain, a affirmé lors d'une conférence de presse le général Terrence O'Shaughnessy.

"Nous ne permettrons pas à un large groupe d'entrer aux Etats-Unis d'une façon dangereuse et illégale", a pour sa part assuré Kevin McAleenan, le patron du service des douanes et de la protection des frontières.

Le président américain Donald Trump a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines que des troupes supplémentaires étaient nécessaires à la frontière américano-mexicaine, se servant de cette caravane de milliers de migrants pour défendre sa politique anti-immigration dans la perspective des élections législatives du 6 novembre, qui pourraient être favorables à ses opposants démocrates.

"De nombreux membres de gangs et de très mauvaises personnes se sont mélangés à la caravane qui se dirige vers notre frontière sud", a tweeté le président américain lundi matin, réitérant des affirmations non étayées déjà tenues la semaine dernière.

"S'il vous plaît, faites demi-tour, vous ne serez pas autorisés à entrer aux Etats-Unis, à moins de suivre la procédure légale", a-t-il ajouté, dénonçant une "invasion".

En avril, face à la progression d'une autre caravane de migrants, il avait ordonné l'envoi d'un maximum de 4.000 membres de la Garde nationale. Environ 2.100 ont été déployés.

Les autorités mexicaines ont indiqué avoir reçu 1.743 demandes d'asile depuis l'entrée de cette caravane de 7.000 personnes, pour la plupart honduriennes, sur le sol mexicain. La caravane a pris le départ du Honduras le 13 octobre.