International

Donald Trump n’est plus aussi sûr d’être amoureux de Kim Jong-un, ainsi qu’il n’avait pas craint de l’affirmer lors d’un meeting l’an dernier. Avec la dégradation rapide des relations entre Washington et Pyongyang, c’est un pan entier de sa politique étrangère qui menace de s’écrouler, qui plus est celui sur lequel il misait sans doute pour s’assurer une place au panthéon des grands hommes d’État, en espérant passer à la postérité pour avoir été en quelque sorte le président américain qui mit définitivement fin à la guerre de Corée.

(...)