International

La reprise en main lundi soir par le Parlement britannique du processus de sortie de l'Union européenne ouvre la possibilité pour les députés d'élaborer une proposition transpartisane, s'est réjoui mardi Guy Verhofstadt, le coordinateur du Parlement européen pour le Brexit. 

Une telle proposition issue d'une coopération entre partis, si elle devait être proposée à l'UE, pourrait "mettre à jour de manière significative" la déclaration politique sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'UE, tandis que l'accord de retrait resterait inchangé, a estimé l'ancien Premier ministre belge.

"Jusqu'à aujourd'hui, tout vote à la Chambre des communes était un vote contre quelque chose: contre l'accord de retrait, contre un 'no-deal', contre un second référendum... Voici pour la première fois un vote en faveur de quelque chose, qui ouvre la possibilité d'une coopération transpartisane au parlement britannique, ce que nous appelons depuis longtemps", a commenté M. Verhofstadt.


L'amendement adopté lundi soir par les élus britanniques leur permet d'organiser mercredi une série de votes indicatifs sur la forme que doit prendre le Brexit. Le maintien dans le marché unique, un nouveau référendum, voire l'annulation de la sortie de l'UE pourraient figurer parmi les scénarios examinés.

Le Royaume-Uni aurait théoriquement dû quitter l'UE le vendredi 29 mars. Mais faute d'avoir pu rallier les députés derrière l'accord de divorce qu'elle a péniblement négocié avec le reste de l'UE, la Première ministre britannique Theresa May a été contrainte de demander aux dirigeants européens un report de cette échéance historique, fixée désormais au 12 avril au plus tôt.