International

La Commission européenne demande à la Pologne d'abandonner les réformes du système judiciaire. Varsovie risque des sanctions inédites si elle refuse d'obtempérer. Les Polonais ont battu le pavé pour défendre l'état de droit.

L’Union européenne ne peut (plus) regarder passivement les autorités polonaises saper le principe de séparation des pouvoirs, sans utiliser tous les outils dont elle dispose pour l’en empêcher. C’est le sens de la mise en garde adressée ce mercredi par Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne, à Varsovie, dont les nouveaux projets de réforme aboutiraient de facto à "à placer la justice sous le contrôle politique total du gouvernement". Après avoir longtemps tergiversé, l’exécutif européen semble être arrivé au bout de sa patience et "demande instamment aux autorités polonaises de mettre les nouvelles lois en suspens".

(...)