International

It takes two to tango (un tango se danse à deux), insistait récemment un diplomate européen, interrogé sur un éventuel report du Brexit. Certes, la Première ministre britannique Theresa May maintient que le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le 29 mars - tout comme elle continue à espérer que ce divorce ne se consommera pas sans accord, alors que celui qui se trouve sur la table n’a toujours pas obtenu le soutien de la Chambre des Communes. En spectateurs d’une saga aux innombrables rebondissements, les Européens ont appris à ne plus prendre les Britanniques au mot. Si une demande en ce sens doit venir de Londres, les Vingt-sept rappellent donc qu’une extension de l’article 50 du Traité de l’UE, qui régit le départ d’un Etat membre, nécessiterait leur accord unanime. Or, celui-ci n’est pas garanti, tant cela ouvrirait un monde d’incertitudes et de complications, notamment concernant les européennes du 26 mai.

Voici les scénarios possibles.