International Dimanche dernier, François Hollande dévoilait le nouveau timbre « Marianne de la jeunesse ». Et pour incarner cette icône, c'est le visage d'Inna Shevchenko qui a été choisi. Seulement lundi, un tweet de la fondatrice des Femen est remonté à la surface. Quelque peu passés inaperçus le 9 juillet dernier, ses propos ont fait le tour de la toile lors du débat sur l'image incarnée par ce fameux timbre. 


«Qu’est-ce qui peut être plus stupide que le ramadan ? Qu’est-ce qui peut être plus moche que cette religion ?», le tweet maladroit de l'Ukrainienne est désormais retiré du réseau social. Mais, le mal est fait. Les réactions se multiplient et Inna Shevchenko est accusée d'islamophobie et de racisme. Interrogée par Libération, l'activiste se justifie: « J’ai posté ça quand j’ai appris qu’Amina était obligée de faire le ramadan, en prison, comme les autres détenues, alors qu’elle est athée. C’était sous le coup de l’énervement. » Une explication qu'elle a d'ailleurs tweetée par la suite. «Les gens qui me disent que je suis islamophobe, je leur dis non : je ne suis pas islamophobe mais "religiophobe"» , explique-t-elle au quotidien français.


Créé en 2008, le mouvement féministe Femen n'aime clairement pas la religion. Il revendique le caractère anti-religieux de son combat et lutte contre les valeurs patriarcales de la société. D'ailleurs Inna Shevchenko a été bannie de son pays, l'Ukraine, pour profanation d'une croix orthodoxe en soutien aux Pussy Riot. On se souvient également des actions seins nus devant la Grande mosquée de Bruxelles (4 avril 2013) avec les slogans peints sur la poitrine de ces femmes: « Free Amina » et « Fuck your morals ». Ou encore à Paris où ces activistes ont manifesté en burqa sur le Parvis des droits de l'homme avant de retirer le vêtement qu'elles jugent contraire à la liberté des femmes musulmanes (31 mars 2012). Suite à la renonciation du pape Benoît XVI, huit de ces « sextrêmistes » investissaient la cathédrale Notre-Dame de Paris. Et les exemples ne manquent pas... Un combat qui se retourne bien souvent contre elles. Les Femen sont d'ailleurs accusées d'ethnocentrisme et de racisme.