International

L'acte IX des "gilets jaunes" se tiendra à Bourges. Pourquoi là et pas à Paris?

Vendredi matin, sur la page Facebook "Acte 9: rassemblement des gilets jaunes au centre de la France", 2.700 personnes annonçaient leur participation au rassemblement et 13.000 se disaient intéressées. Lieu de la neuvième action des "gilets jaunes"? Bourges, une ville de 66 500 habitants, située dans le département du Cher.

D'aucuns feraient le raccourci d'assimiler le choix du lieu aux bourgeois, principales "têtes à abattre" des "gilets jaunes". Sauf que non, les "gilets jaunes" n'ont (en tous cas pas officiellement) choisi ce lieu en référence à la lutte des classes, puisque le gentilé de Bourges n'est pas Bourgeois, mais Berruyers. La réponse est toute autre, et bien plus pratico-pratique. Carte en main, la ville de Bourges est en effet située pile au centre de la France. Un moyen de ramener du monde des quatre coins du pays sans devoir imposer un trajet vers la capitale française aux habitants des départements du sud notamment.

"Un rassemblement de tous au centre pour confirmer notre unité et permettre à tous d'être à distance égale en partance des grands villes !", peut-on lire sur le groupe, prévoyant un début de rassemblement samedi à 10H00.

Manifestation interdite

La préfète du Cher Catherine Ferrier a annoncé vendredi l'interdiction de tout rassemblement de "gilets jaunes" samedi dans le centre-ville de Bourges, ville retenue par le collectif "la France en colère" en raison de son emplacement géographique au centre de la France. "Je prends un arrêté pour interdire tout le centre historique de la ville", a-t-elle dit sur BFM TV.

Selon cet arrêté, consulté par l'AFP, "l'ampleur prévisible de cette manifestation qui n'a pas fait l'objet d'une déclaration en préfecture (...) est sans commune mesure avec les précédentes marches pacifiques qui se sont déroulées dans la commune de Bourges".

La préfète y ajoute qu'elle a reçu en préfecture mercredi quatre "gilets jaunes" et qu'une "proposition de parcours excluant le centre-ville a été actée". "Il n'en reste pas moins que leur position ne reflète pas forcément les intentions de tous les manifestants et que cette manifestation n'est pas officiellement déclarée".

La manifestation "qui se veut pacifique avec notamment la CGT" et doit "circuler en dehors, sur les boulevards qui entourent la ville" n'est, elle, pas interdite, a précisé Mme Ferrier.

Le maire de Bourges Pascal Blanc (centre-droit) a déjà pris des mesures dont la fermeture des bâtiments publics, des musées, des bibliothèques, de l'Hôtel de ville et mairies annexes. Le mobilier urbain a été démonté et des chantiers sécurisés "de manière à ce que tout objet qui pourrait se transformer en projectile ne puisse pas être à disposition des manifestants", a-t-il dit sur RTL.