International

Le ministère de l'Intérieur vient de communiquer les chiffres de participation à 17h.

Cette participation est de 65,30%. C'est en baisse par rapport au premier tour mais aussi par rapport aux scrutins précédents.

Au premier tour, à la même heure, 69,42% des électeurs s'étaient déplacés.

Comme le montre le graphique ci-dessus, jamais depuis 2002 la participation n'avait été aussi faible à 17h. Il faut même remonter à 1969, et la confrontation entre deux centristes, pour retrouver une mobilisation plus faible à 55,8%.

Selon les premières estimations, le taux de participation serait à 73,2% à 20h.

L'abstention estimée à 25,3%, la plus élevée depuis 1969

Les instituts de sondage Harris, Elabe et iFop ont estimé les abstentions finales pour ce second tour. Le premier l'estime à 27%, le second à 26% et enfin, le troisième à 25%. Il s'agit du plus haut taux d'absentation depuis 1969.

8,9% de votes blancs: du jamais vu

Ils seraient plus de 8% des votants à s'être déplacés jusqu'aux urnes sans, toutefois, ni voter Macron, ni Le Pen, annoncent plusieurs médias vers 18h. Ce vote s'avère, à plusieurs égards, être une forme de plus en plus importante du véritable vote contestataire.

Selon des chiffres officiels, il était à 5,8% au second tour de l'élection en 2012, 4,2% en 2007 alors que Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal concourraient pour le poste - et 6% en 1995 alors que s'affrontaient Jacques Chirac et Lionel Jospin.