International

Les Ukrainiens votaient nombreux dimanche, à l'exception des régions séparatistes de l'Est, pour élire un nouveau président qui aura la tâche difficile de mettre fin à l'insurrection prorusse et de pacifier les relations avec la Russie.

Ce scrutin, soutenu par les Occidentaux, se déroule après six mois d'une crise politique sans précédent, marquée par la répression sanglante du mouvement pro-européen de contestation de Maïdan, le rattachement express de la Crimée à la Russie et une insurrection armée prorusse qui a éloigné l'Est russophone du reste du pays.

Le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko est le grand favori d'une élection qui a pour toile de fond un affrontement géopolitique entre les Occidentaux et Vladimir Poutine dont le pays fait un grand retour sur le devant de la scène internationale.

Selon les dernier sondages, M. Porochenko, 48 ans, est crédité de plus de 44% des intentions de vote devant l'ancienne égérie de la révolution orange de 2004 Ioulia Timochenko.

Le milliardaire, qui s'engage à gérer l'Ukraine comme il gère sa très prospère entreprise de fabrication de chocolats Roshen devra peut-être patienter jusqu'à un hypothétique second tour le 15 juin dont rêvent ses principaux rivaux, Ioulia Timochenko et le prorusse Serguiï Tiguipko.

"La première chose à faire, c'est d'apporter la paix à tous les citoyens ukrainiens. Et les personnes armées doivent quitter les rues des villes et des villages", a déclaré M. Porochenko après avoir voté à Kiev.

Votant dans sa ville natale Dnipropetrovsk, l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko a répété son credo: "un référendum sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan pour rétablir la paix en Ukraine".

Plus de 36 millions d'électeurs sont appelés aux urnes et à 15H00 locales (12H00 GMT), plus de 40% des électeurs avaient voté, cinq heures avant la fermeture des bureaux, selon la commission électorale centrale.

A Kiev les électeurs patientaient dans de longues files mais dans l'Est séparatiste où les insurgés ont averti qu'ils empêcheraient le déroulement du scrutin, l'immense majorité des bureaux de vote est restée fermée.

Dans le bastion rebelle de Donetsk, aucun bureau de vote n'a ouvert et les rues de la ville étaient désertes. Dans la région, le taux de participation atteignait 9,11% à cinq heures de la fermeture des bureaux de vote.

Aucun combat entre insurgés et soldats ukrainiens n'a été reporté durant le scrutin.

Un scrutin qui avait peu de chances de se dérouler entre la peur des électeurs d'aller voter, les commissions électorales locales sous le contrôle des séparatistes ou tout simplement en raison de l'absence d'urnes et de bulletins dans certains bureaux de vote.

Dans un apparent geste d'apaisement le président russe Vladimir Poutine a annoncé vendredi qu'il respecterait le "choix du peuple ukrainien". Son Premier ministre Dmitri Medvedev s'est rendu en Crimée, rattachée à la Russie en mars, un déplacement dénoncé par Kiev comme une "provocation délibérée" le jour du scrutin.