International

Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert a raconté lundi soir avoir téléphoné en urgence à George Bush afin que celui-ci ordonne à la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice de ne pas voter en faveur de la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu appelant à un cessez-le-feu immédiat dans la Bande de Gaza. "Plutôt humiliée", aux dires d’Olmert, la chef de la diplomatie américaine s’est finalement abstenue et la résolution a été adoptée le jeudi 8 janvier par les 14 autres membres du Conseil.

Lundi soir, dans un discours, Ehoud Olmert s’est vanté d’avoir exigé de parler à George Bush à dix minutes du vote, jeudi soir. "Quand nous avons vu que la secrétaire d’Etat, pour des raisons que nous n’avons pas vraiment comprises, voulait voter en faveur de la résolution de l’Onu (...), j’ai cherché le président Bush et on m’a dit qu’il était en train de prononcer un discours à Philadelphie", a-t-il dit. "J’ai dit : "Tant pis, il faut que je lui parle maintenant"", a poursuivi Olmert, décrivant le Président sortant américain comme un "ami sans égal" d’Israël.

"Ils l’ont fait descendre de la tribune, l’ont conduit dans une pièce à part et je lui ai parlé. Je lui ai dit : "Vous ne pouvez pas voter en faveur de cette résolution." Il a dit : " Ecoute, je ne suis pas au courant. Je ne l’ai pas vue. Je ne connais pas bien la formulation. " Ce à quoi Olmert a répondu : "Moi, je la connais. Vous ne pouvez pas voter pour."

"Il a donné un ordre à la secrétaire d’Etat et elle n’a pas voté en faveur de cette résolution qu’elle avait préparée, formulée, organisée et négociée. Elle a été plutôt humiliée et s’est abstenue sur une résolution qu’elle avait mise au point", a affirmé le Premier ministre israélien.

Un responsable du Département d’Etat américain a démenti ce scénario. "M. Olmert se trompe", a déclaré ce responsable ayant requis l’anonymat, assurant que Mme Rice avait prévu dès le départ de s’abstenir lors du vote sur la résolution 1860 du conseil de sécurité de l’Onu, qui a été adoptée par 14 voix sur 15 et une abstention, celle des Etats - Unis. "C’était ce qui était prévu", a-t-il déclaré. "Ce n’est pas le gouvernement israélien qui décide de la politique américaine."

Le débat devenant trop houleux, la rédaction web a décidé de fermer les commentaires sur les articles consacrés au Proche-Orient. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des racistes et des antisémites. Les médias en ligne sont considérés comme des éditeurs et peuvent en effet être tenus responsables des propos racistes, antisémites ou diffamatoires de certains internautes.