International

Depuis décembre 2016 et l’accord de la Saint-Sylvestre signé entre la majorité et l’opposition, sous l’égide des évêques catholiques, le peuple congolais avait oscillé entre l’espoir d’en finir avec un régime autoritaire, qui ne gérait l’État qu’à ses fins personnelles, et le désespoir de voir une classe politique clientéliste essentiellement soucieuse de ses intérêts personnels.

(...)