International

Trois mois après son investiture comme nouveau chef de l'Etat congolais, le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a promis mardi de nommer "dans les prochains jours" le Premier ministre et les ministres du nouveau gouvernement de coalition qui dirigeront la République démocratique du Congo (RDC). Il a fait cette annonce depuis Kisangani, le chef-lieu de la province de la Tshopo (nord-est) où il est arrivé dans l'après-midi, poursuivant sa tournée des principales villes de la RDC.

"Dans les prochains jours, je vais nommer le Premier ministre", a affirmé M. Tshisekedi, cité par plusieurs médias congolais.

Cette annonce intervient 24 heures après une - rare - rencontre à la Cité de l'Union africaine, à Kinshasa, avec son prédécesseur Joseph Kabila avec qui il a conclu un accord de coalition politique.

La prestation de serment de M. Thisekedi, un ancien opposant remonte au 24 janvier, mais il doit composer avec la très confortable majorité dont dispose son prédécesseur à tous les niveaux du pouvoir en RDC.

Selon plusieurs médias, qui citent des sources du Front commun pour le Congo (FCC, la vaste plate-forme constituée par M. Kabila en vue des élections générales du 30 décembre dernier) et du Cap pour le Changement (Cach) de M. Tshisekedi, l'ancien président a renoncé à proposer le nom d'Albert Yuma Mulimbi comme Premier ministre.

M. Yuma cumule les fonctions de patron de la société publique Générale des carrières et des mines (Gécamines), le fleuron minier national, et de président de la Fédération des Entreprises congolaises (FEC).

Le choix du Premier ministre revient, selon la Constitution congolaise de 2006, au président. Mais ne disposant que d'une très faible représentation parlementaire après les différents scrutins, il en est réduit à s'entendre avec M. Kabila.

Face aux boyomais (les habitants de Kisangani), M. Tshisekedi a promis que ce nouveau gouvernement travaillera dans l'intérêt de la population.

Il a aussi inauguré mardi le pont Lubuya situé à environ 58 km de la ville de Kisangani, un ouvrage rénové notamment avec le financement du Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI). Le pont permet de relier Kisangani à la ville de Bukavu, le chef-lieu de la province du Sud-Kivu (est), et de faciliter le trafic entre les provinces des deux Kivu, du Maniema et de la Tshopo.

"Et à partir de Kisangani, on peut aller à l'Equateur, vers la frontière avec la République centrafricaine", a déclaré le directeur général de l'Office des Routes (OR), Herman Mutima.

Le pont Lubuya remplace un ouvrage érigé vers les années 50, du temps de la colonisation belge, et coupé après son effondrement.