International

Le président congolais Félix Tshisekedi a annoncé lundi qu'il suspendait "l'installation" des sénateurs élus vendredi sur fond d'accusations de corruption en République démocratique du Congo, en promettant des poursuites judiciaires pour "débusquer" les élus corrompus. Des "grands électeurs"/députés provinciaux de l'UDPS sont accusés d'avoir vendu leur voix aux candidats de l'ex-président Joseph Kabila, qui revendiquent plus des deux-tiers des sièges au Sénat, élu au suffrage indirect.

Le président Tshisekedi a décidé de "suspendre l'installation des sénateurs" élus vendredi dans 24 des 26 provinces et de renvoyer sine die l'élection des gouverneurs prévue le 26 mars. L'annonce a été faite par le ministre de l'Intérieur par intérim, Basile Olongo, à l'issue d'une réunion "inter-institutionnelle".

Le président de la République a aussi demandé au parquet de "mener des enquêtes" pour "débusquer" les élus "trempés dans la corruption", "les sénateurs et députés provinciaux, les corrupteurs et les corrompus", et "qu'ils soient sévèrement sanctionnés".

Des militants de l'UDPS ont de nouveau manifesté lundi à Kinshasa et Kananga (Kasaï central) contre leurs propres élus accusés d'avoir trahi la discipline de vote du parti et de céder aux sirènes de la corruption.

L'UDPS n'a par exemple obtenu aucun sénateur à Kinshasa où elle dispose pourtant de 12 élus à l'assemblée provinciale.

Des mesures ont été prises depuis vendredi et la dénonciation d'une pratique courante par la "base" de l'UDPS.

"Trois députés provinciaux sur qui pèsent des indices sérieux de corruption ont été interpellés samedi", a déclaré lundi à la presse Arthur Ilunga, procureur général près la Cour d'appel de Matadi, chef-lieu du Kongo central (sud-ouest).

"La liste pourrait s'allonger parce que les enquêtes se poursuivent encore", a-t-il ajouté, sans donner l'identité des trois élus.

Ces enquêtes sont menées conjointement avec quatre hauts magistrats dépêchés par le parquet général près la Cour de cassation, a-t-il précisé.

Directement mise en cause par la base, la direction de l'UDPS a aussi annoncé des poursuites: "Nous allons déférer en justice vingt-six députés du parti", a déclaré Jean-Marc Kabund, le président par intérim du parti lors d'une réunion publique à Lubumbashi.

"Il s'agit de neuf députés à Kinshasa, six à Mbuji-Mayi, cinq autres à Kananga et six à Lomami", a-t-il indiqué.

"Ces députés seront déchus et remplacés par leurs suppléants", a-t-il expliqué.

Le président Tshisekedi avait promis de faire de la lutte contre la corruption l'une des priorités de son mandat.