International

Contraint par une décision de justice et pris de court par la décision de Donald Trump de retirer les 2 000 soldats américains du nord de la Syrie, le gouvernement belge pourrait devoir rapatrier bien plus que la vingtaine d’enfants de Daech hébergés dans des camps tenus par les Kurdes syriens : la dizaine de femmes mais aussi les deux djihadistes de nationalité belge détenus par les Unités de Protection du Peuple (YPG).