International Soupçonné d'avoir eu recours à un clone pour cacher sa mort, Muhammadu Buhari a tenu à démentir ces allégations.

Actuellement présent en Pologne où se tient la Cop 24 à Katowice, Muhammadu Buhari a rompu le silence qui avait amené certaines personnes à le considérer comme mort, ce qui aurait poussé les autorités à avoir recours à un clone. "Les rumeurs ignorantes ne sont pas surprenantes", a dénoncé le président en fonction depuis mai 2015 devant des Nigérians qui s'interrogeaient sur l'identité de leur interlocuteur lors d'une rencontre en Pologne.

Considéré comme l'une des principales puissances économiques du continent africain, le Nigéria avait vu son président partir au Royaume-Uni l'an dernier pour recevoir des soins médicaux durant plusieurs mois. Un exil médical qui avait poussé diverses personnes, notamment des opposants politiques, à penser qu'il avait été remplacé par un sosie soudanais en raison du décès "espéré" du président, aujourd'hui âgé de 75 ans.


Dans un post Facebook de Garba Shehu, porte-parole de la présidence de la république nigériane, M. Buhari est revenu en détails sur ces rumeurs qu'il juge infondées. "Beaucoup espéraient mon décès durant ma maladie", a regretté le président en exercice. "C'est bien moi, je vous l'assure. Je vais bientôt fêter mes 76 ans et je vais toujours très bien", assure-t-il encore, en qualifiant d'"ignorants et irréligieux" les auteurs de ces rumeurs dans un pays partagé entre le Christianisme et l'Islam.