International

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il apprend vite ! S’il s’est fait "avoir" lors des négociations avec la Commission européenne en 2015 parce qu’"il était trop naïf et ne connaissait rien au fonctionnement de l’Europe", selon ses adversaires, ou parce qu’il faisait trop confiance, selon ses partisans, Alexis Tsipras, le plus jeune Premier ministre d’Europe, mène la danse en Grèce depuis plusieurs mois. Cette fois, il bataille pour faire accepter son accord avec la république slave voisine sur le nom de Macédoine.