International

Vingt-cinq passagers ont été tués et deux ont survécu jeudi dans l'accident d'un avion d'une compagnie privée congolaise qui s'est écrasé sur un quartier populaire de l'est de Kinshasa, selon un nouveau bilan fourni par la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc).

"Il n'y a aucun survivant. L'avion est complètement calciné. Le nombre de personnes également tuées dans des maisons touchées par l'appareil n'est pas encore connu", a indiqué à l'AFP un commissaire de la police de Masina se trouvant sur les lieux du drame.

L'avion, un Antonov 26 de la compagnie Africa One, s'est écrasé sur une maison à Masina, un quartier populaire de Kinshasa proche de l'aéroport de la capitale congolaise, a précisé à l'AFP le ministre des Affaires humanitaires, Jean-Claude Muyambo, qui n'a évoqué aucun bilan. Des témoins ont affirmé à l'AFP que l'appareil, qui venait de décoller de l'aéroport de Kinshasa à destination de Tshikapa, au Kasaï occidental (centre), avait touché une dizaine de maisons avant de prendre feu.

La Régie des voies aériennes (RVA) et le gouvernorat de Kinshasa ont dépêché sur place des véhicules anti-incendie, selon un correspondant de l'AFP. L'avion avait à son bord 19 personnes dont 14 passagers et cinq membres d'équipage, selon le manifeste transmis au bureau de la Direction générale des migrations (DGM) à l'aéroport. Un responsable de la RVA a affirmé à l'AFP que la plupart des compagnies aériennes congolaises ne déclaraient pas le nombre exact de leurs passagers pour se soustraire à la taxe.

Les accidents d'avion sont fréquents en RDC, dont la flotte aérienne - qui compte plus d'une cinquantaine de compagnies privées et une compagnie nationale - est essentiellement composée de vieux avions de fabrication soviétique peu entretenus et dont certains volent sans licence en règle. En 1996, un avion-cargo Antonov 32 s'était écrasé sur un marché près du centre de Kinshasa, faisant plus de trois cents morts. En 2003, un Iliouchine-76 s'était écrasé entre Kinshasa et Lubumbashi, faisant au moins deux cents morts.

La totalité des compagnies congolaises, à l'exception de la société privée Hewa Bora qui assure une liaison entre Kinshasa et Bruxelles, figurent sur la liste noire des compagnies interdites de vol dans l'Union européenne.