Un intrus dans le soja OGM

XAVIER DUCARME Publié le - Mis à jour le

International

La crainte des mauvais tours éventuels que pouvaient jouer à l'humanité les organismes génétiquement modifiés, exprimée par les anti-OGM, était-elle justifiée? On peut le craindre. Un groupe de chercheurs belges du centre de recherche en agriculture de Melle, près de Gand, vient de détecter la présence d'un intrus dans le génome du soja génétiquement modifié du géant agroalimentaire Monsanto. Ce fragment d'ADN n'est pas nommé dans le dossier déposé en 1994 par la multinationale; il n'appartient ni au matériel qu'elle y a introduit pour que la plante devienne résistante à l'herbicide Roundup ni au soja naturel.

«Pour l'instant, il n'y a aucune preuve scientifique que cet élément étranger pose problème», précise Marc De Loose, responsable de la recherche. Il est possible, selon lui, que ce fragment ait pu apparaître lors de la «réparation» de la plante, «cassée» pour introduire le gène de résistance.

Monsanto assure de son côté que son soja ne présente aucun danger. Son directeur scientifique, Stéphane Pasteau, répète que les autorités européennes sont au courant depuis plus d'un an et que les autorisations n'ont pas été remises en cause. Pourquoi dès lors, ces séquences ADN ne sont-elles pas mentionnées dans le dossier d'origine? Parce que, selon M. Pasteau, les méthodes et les techniques évoluent. A l'époque, il n'était pas possible d'isoler ce fragment.

L'association écologiste internationale Greenpeace, pour sa part, voit dans cette découverte une preuve supplémentaire que la technologie des OGM n'est pas maîtrisée. «On savait déjà que le soja de Monsanto présentait une tige moins robuste, explique Roland Moreau, directeur pour la Belgique. On sait aujourd'hui également que l'ADN est différent.» L'organisation rappelle la sagesse du principe de précaution. Greenpeace International vient en tout cas de lancer un appel aux scientifiques pour «l'aider à identifier l'origine de cet ADN inconnu».

Quoi qu'il en soit, la méthode mise au point par Marc De Loose et son équipe permettra désormais de vérifier avec plus de précision l'exactitude des dossiers techniques déposés par les promoteurs d'organismes génétiquement modifiés.

© La Libre Belgique 2001

XAVIER DUCARME

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Dans la tourmente suite à une caméra cachée, le chef de l'extrême droite autrichienne démissionne

    Séisme pour l'extrême droite autrichienne à huit jours des élections européennes: son chef, également numéro deux du gouvernement, est mis en cause pour tentative de collusion avec la pseudo-nièce d'un oligarque russe dans une mise en scène apparemment destinée à le confondre.

  2. 2
    USA: une jeune fille enceinte tuée pour lui voler son bébé

    Trois personnes, dont une mère et sa fille, ont été inculpées jeudi par la police de Chicago en lien avec le meurtre d'une adolescente enceinte dont le bébé a été arraché à son ventre après sa mort. Le corps de Marlen Ochoa-Lopez, 19 ans, a été ...

  3. 3
    Brexit : le Royaume-Uni a la date fatidique du 2 mai dans le viseur

    Le gouvernement britannique s'est résigné mardi à ne pas pouvoir faire adopter son accord de Brexit avant juillet, mais espère encore éviter que des députés élus au Royaume-Uni ne siègent au Parlement européen qui sera nouvellement constitué. Les ...

  4. 4
    Vidéo
    Quand Vladimir Poutine se prend les pieds dans le tapis rouge et chute (VIDÉO)

    Sacré meilleur buteur du match, le président russe est tombé en faisant son tour d'honneur.
    Comme chaque année, s'est tenu ce vendredi 10 mai un match réunissant d'anciennes stars du hockey. Vladimir Poutine a pris part à cette partie ...

  5. 5
    Les raisons et les enjeux de la visite controversée de Viktor Orban à la Maison-Blanche

    Donald Trump veut resserrer ses liens avec l’Europe de l’Est. Il reçoit le dirigeant hongrois ce lundi. (...)

cover-ci

Cover-PM

Facebook