International Le maire du 13e arrondissement de Paris veut envoyer les engins mal garés directement à la fourrière.

Véritable phénomène depuis quelques mois, les trottinettes électriques soulèvent également de vives rancœurs. Entre les utilisateurs qui ne respectent pas les piétons ou ceux qui garent mal l'engin après leur course, un ras-le-bol commence à naître du côté des citoyens, voire des autorités. C'est le cas notamment à Paris où le maire du 13e arrondissement a vivement réagi la semaine dernière sur Twitter.

"Regardez-moi bien dans les yeux. Les trottinettes électriques mal garées sur les trottoirs, c'est terminé, a expliqué dans une vidéo Jérôme Coumet. Régulièrement, nous organiserons des opérations d’enlèvement et de conduite systématique à la fourrière".

Interrogé par 20 minutes, l'opérateur de trottinettes électriques VOI en libre-service a expliqué être au courant du problème et avoir adopté des nouvelles mesures pour en venir à bout. "Il est maintenant possible de signaler une trottinette mal garée via l’application et nos utilisateurs doivent prendre des photos à la fin de chaque courses, raconte ce dernier au quotidien français. De plus, nous recevons des notifications des services de la Mairie nous signalant les trottinettes mal garées. A partir de ce moment, l’enlèvement de cette trottinette est effectué dans les plus brefs délais par notre réseau de partenaires et d’entreprises de logistique".

Uber a également fait part à 20 minutes de sa volonté d'enliser ce phénomène qui n'a cessé de prendre de l'ampleur jusqu'à présent. 

Mais si les opérateurs ont affirmé en faire leur priorité, pour le moment, la situation reste problématique. "Nous allons continuer de mener ces opérations très régulièrement pour dire 'attention il y a des règles'", a averti Jérôme Coumet. Le maire du 13e arrondissement a même brandi la menace ultime au cas où ce "bordel généralisé" continue: l'interdiction provisoires des fameuses trottinettes. 

Rachida Dati lui emboîte le pas 

La maire du VIIème arrondissement de Paris a à son tour annoncé sur Twitter aujourd'hui qu'elle prenait les choses en main. "Faute d'encadrement et de mesures de sécurité, j'ai demandé l'enlèvement des trottinettes qui affectent nos déplacements et obstruent les trottoirs. 42 engins mis en fourrière cette semaine, la plus grosse opération à Paris", a tweeté Rachida Dati.