International

Un homme présenté par des témoins comme un soldat a été tué mercredi à l'arme blanche dans un quartier du sud-est de Londres par deux hommes qui ont ensuite été blessés par la police, lors d'un incident qui pourrait être de nature terroriste.

Le Premier ministre David Cameron, en déplacement à Bruxelles et Paris, a qualifié le meurtre "d'extrêmement choquant" sur twitter, et a demandé au ministre de l'Intérieur de convoquer immédiatement une réunion du Comité Cobra, constitué de ministres et responsables de la sécurité.

Le ministre de l'Intérieur Theresa May a pour sa part évoqué un "meurtre brutal" après s'être entretenue avec des responsables du service de la sécurité intérieure, le MI5.

Les premiers témoignages et déclarations de la police laissent à penser que les deux suspects ont attaqué en début d'après-midi à l'arme blanche leur victime à proximité de baraquements militaires à Woolwich.

En fin d'après-midi, la chaîne ITV a publié une photo extraite d'une vidéo amateur sur laquelle un jeune homme noir apparait, marchant dans la rue, tenant à la main deux couteaux et un hachoir ensanglantés. "Nous jurons par Allah le tout puissant que nous n'arrêterons jamais de vous combattre", a déclaré le jeune homme en jean et coiffé d'un bonnet, selon ITV. Des témoins cités par divers médias ont déclaré avoir entendu les agresseurs s'écrier "Allah Akbar". D'autres , cités par l'agence Press Association, ont affirmé que la victime avait été décapitée.

La police s'est refusée à commenter ces informations. "Nous pensons que la victime est un soldat. Nous ignorons les circonstances du drame". a déclaré aux médias le député de Woolwich et Greenwich, Nick Raynsford après s'être entretenu avec les responsables de la police. "Les policiers ont ouvert le feu sur deux hommes qui semblaient détenir des armes. Ils ont été hospitalisés dans deux hôpitaux londoniens distincts pour y recevoir des soins", s'est contenté de déclarer un responsable de la police à la faveur d'une brève conférence de presse improvisée. "La police se devait d'intervenir pour essayer d'arrêter ces individus", a commenté le député. Il a aussi annoncé que diverses armes, dont une arme à feu, des couteaux et une machette, avaient été retrouvées sur les lieux.

Cameron: un "'acte barbare", "manifestement" terroriste

Le Premier ministre britannique David Cameron a dénoncé mercredi à Paris un "'acte barbare" et une "attaque épouvantable (...) manifestement de nature terroriste", après l'assassinat à Londres d'un homme présenté comme un soldat par des témoins. C'est un "acte barbare qui s'est produit aujourd'hui, une attaque épouvantable qui s'est produite dans la banlieue de Londres" et un "incident qui manifestement est de nature terroriste", a déclaré David Cameron lors d'un point de presse à l'Elysée au côté du président français François Hollande. "Nous sommes bien entendu choqués (...) les deux personnes qui ont attaqué (le soldat) ont été blessées par la police. Une réunion se tient actuellement. Nous rassemblons toutes les informations disponibles. Les services de police et de sécurité au Royaume Uni disposeront de tous les moyens nécessaires", a ajouté le Premier ministre britannique.

Il a annoncé qu'il "rentrerait à Londres dès ce soir afin d'organiser une nouvelle réunion de ce type dès demain matin (jeudi)". "Nous pensons à la victime, à sa famille et à ses proches", a-t-il dit, en ajoutant que la Grande Bretagne ne "cèderait jamais aux menaces" terroristes. "L'état d'esprit britannique est: ne jamais plier face à ce genre d'attaques. les terroristes ne gagneront jamais", a-t-il insisté.