International

C'était un moment très attendu. Emmanuel Macron s'est présenté lundi soir devant la Nation pour tenter de calmer la gronde populaire des "gilets jaunes". Le président français a pris plusieurs dispositions sociales en faveur des Français les plus faibles, comme pour les salariés payés au SMIC. Mais juste avant l'allocution du Président, un vote à la teneur diamétralement opposée se tenait au Sénat.

La chambre haute du Parlement a approuvé (hasard du calendrier ou pas) une mesure proposée par le chef de l'État, à savoir la suppression, puis l'allègement de l'exit tax, comme l'explique le Huffington Post.

En quoi cela consiste-t-il ?

L'exit tax a été mise en place afin de taxer à hauteur de 30% les plus-values réalisées par une vente d'actions de Français domiciliés à l'étranger, notamment en Belgique. Avant ce vote, les plus fortunés devaient attendre 15 ans avant de revendre ces actions. Les exilés fiscaux ne devront maintenant plus patienter qu'entre deux et cinq ans.

En 2017, cette taxe avait permis de récolter 70 millions d'euros, explique France Info.

Les réactions de l'opposition n'ont pas tardé. Les députés de gauche dénoncent vertement le "cadeau fiscal" offert sur un plateau aux plus riches et ont déposé des amendements de suppression de l’allègement fiscal.

Invité sur le plateau de France 2, le patron du PS, Olivier Faure, a expliqué que l'exécutif disposait de sommes en suffisance pour mener des politiques sociales : "En pleine crise des gilets jaunes, le Sénat vient de voter la fin de l'exit tax. Désormais, vous pouvez partir de France sans même payer d'amende", a-t-il expliqué. Dans un tweet, il déplore "l'hypocrisie de Macron et de son gouvernement".

"Il n'y a pas eu un vote, au Sénat, il y a quelques heures, sur les exilés fiscaux ?", se demandait Olivier Besancenot, du NPA, sur le plateau de BFMTV. "Donc une loi vient d'être votée qui fait que les gens qui fraudent ne seront plus sanctionnés."

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'internautes et journalistes ont déploré ce "malheureux timing".