International

Une jeune Pakistanaise est décédée mercredi après avoir été torturée et brûlée dans le nord-est du pays, pour avoir refusé d'épouser le fils de son ancien patron, ont indiqué la police et des proches.

Maria Sadaqat, 19 ans, a été attaquée par un groupe de personnes lundi dans le village de d'Upper Dewal, près de Muree, lieu de villégiature estivale situé à proximité de la capitale Islamabad.

"Elle a été torturée puis brûlée vive. Nous l'avons emmenée à l'hôpital à Islamabad mais elle a succombé à ses blessures aujourd'hui", a indiqué Abdul Basit, l'oncle de la victime, mercredi à l'AFP devant le services des brûlés à l'institut pakistanais des sciences médicales (PIMS).

Des proches en deuil ont protesté et exprimé avec force leurs émotions pendant que la police transportait son corps vers un autre établissement pour une autopsie.

Selon M. Basit, sa nièce a été attaquée par le principal d'une école privée où elle avait enseigné et des complices, après avoir refusé d'épouser son fils.

"Il était divorcé et deux fois plus âgé qu'elle, elle a refusé la proposition et quitté son emploi", a indiqué M. Basit. "Ils ont fini par l'attaquer".

Selon la police, la jeune fille a désigné le principal et quatre autres personnes comme étant ses attaquants, dans une déclaration sur son lit de mort.

"Nous avons arrêté au moins un des suspects, et les autres sont recherchés," a précisé l'officier en charge de l'enquête, Mazhar Iqbal.

Selon un docteur à l'hôpital, la jeune fille a succombé aux brûlures graves infligées sur une grande partie de son corps.

C'est la deuxième fois en à peine plus d'un mois qu'une Pakistanaise est brûlée pour un différend d'ordre matrimonial.

Une jeune fille accusée d'avoir aidé une amie à s'enfuir avec un homme, a été étranglée puis brûlée sur les ordres d'un conseil de village dans le nord-ouest du pays le 29 avril.

Chaque année au Pakistan, des centaines de femmes sont tuées par leurs proches sous prétexte de défendre "l'honneur" familial.