Planète

Katrina, Gustav, Pauline..., vous ne les connaissez pas? Ce sont pourtant des tempêtes terribles et des ouragans meurtriers qui ont dévasté, tué, retourné, détruit et démoli des villages entiers et de nombreuses vies. Mais pourquoi ces prénoms et ces noms, d'où viennent leur dénomination, et comment les choisit-on?

L'histoire ne nous livre pas de réponses claires. Pour certains, la coutume trouve son origine dès le XVIIIe siècle, pour d'autres, elle a été inventée au XXe siècle en Australie par un météorologue qui a affublé une catastrophe naturelle du nom d'un politicien qu'il n'aimait pas. Quoi qu'il en soit, l'objectif était clair, différencier et classer les évènements climatiques importants.

Pendant la Seconde guerre mondiale, les météorologistes de l'American Air Force ont en quelque sorte popularisé cette coutume en choisissant bien souvent les noms de leurs femmes ou petites amies pour baptiser les tempêtes. Voilà sans doute comment est née l'habitude de donner des noms féminins aux tempêtes, ce qui a fait gronder de nombreux mouvements féministes dans les années septante.

Ceux-ci entendus, des règles édictées depuis 1950 ont été précisées. Basé sur 6 ans et 6 listes, un cycle a été établi avec autant de prénoms masculins que féminins basés sur l'ordre alphabétique. On compte aujourd'hui 21 noms par an, les lettres Q,U,X,Y et Z étant exclues de la liste, ne rassemblant pas assez de noms leur correspondant. Notons aussi que lorsqu'un année se montre particulièrement chahutée et, qu'à l'instar de 2005, il y a plus de 21 tempêtes, les suivantes s'appuient sur l'alphabet grec.

Sachez enfin, pour être incollable sur le sujet, que l'impact des catastrophes est pris en compte. Lorsqu'une tempête est particulièrement meurtrière, son nom se trouve à jamais supprimé des listes; il en va ainsi de Katrina, Rita ou Mitch.

Suivez l'actualité de LaLibre.be sur nos comptes Twitter et Facebook. Et téléchargez gratuitement nos applications pour iPhone , iPad et Android, où vous pourrez également télécharger l'édition du jour.