Planète

La législation américaine encourage les entreprises à aller prospecter dans l’espace. Mercredi, le Luxembourg a annoncé qu’il allait lui aussi modifier son cadre législatif. Objectif : trouver et ramener des matières premières de la Lune ou des astéroïdes.


Le Luxembourg promet la lune aux investisseurs

La chasse aux astéroïdes est ouverte. Ce mercredi, le gouvernement luxembourgeois a officiellement annoncé son intention de créer un cadre réglementaire et juridique favorable à l’exploitation des ressources naturelles de l’espace. Une modification législative qui doit permettre au Grand-Duché d’attirer sur son territoire les investisseurs prêts à financer des missions de prospection sur les corps célestes pour en extraire des matières premières, en leur donnant un certain nombre de garanties.

Entrée dans une nouvelle ère

Cette grande première européenne n’est évidemment pas due au hasard. Elle intervient deux mois après la signature par le président américain Barack Obama d’une loi similaire - le Space Act - qui prévoit que tout matériau trouvé par un Américain ou une entreprise américaine sur un astéroïde ou sur la Lune lui appartiendra.

Pour un certain nombre d’observateurs, il s’agit ni plus ni moins de l’entrée de la conquête spatiale dans une nouvelle ère. "Les années 50, 60 et 70 ont vu fleurir beaucoup de projets exceptionnels", explique Gaëtan Kerschen, professeur au département d’aérospatiale et de mécanique de l’université de Liège (ULg). "Il y a ensuite eu une période plus creuse dans les années 2000, durant lesquelles on a beaucoup parlé de Mars sans que cela se concrétise réellement. Le secteur avait besoin d’un nouveau projet, un nouvel objectif pour relancer l’intérêt de la population." Ce sera l’exploitation des matières premières.

La suite de ce dossier est à découvrir dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros).