Planète

La Pyramide de Lobuche apparaît enfin, nichée entre deux éboulis. Tout autour, un cirque de hauts sommets enneigés. Installée à 5 079 mètres d’altitude dans le Khumbu, la haute région de l’Everest, cette construction est le plus haut laboratoire au monde, qu’on ne rejoint qu’après dix jours de marche.

Autour du bâtiment paré d’une centaine de panneaux solaires est installé un jardin de pluviomètre, anémomètre, table à neige, sonde à température et humidité. Depuis les années 90, on mesure ici tout ce qui permet de comprendre le climat himalayen et ses changements. Car, aussi haut soit-il, le toit du monde n’est pas épargné par le coup de chaud de la planète.

Les petits glaciers voués à disparaître

A quelques centaines de mètres de la Pyramide, l’immense langue de glace qui descend de l’Everest, le glacier Khumbu, ne resplendit plus d’un blanc limpide. Il est recouvert de rochers noirs : la glace, ici, ne se renouvelle plus assez. En 2015, des chercheurs ont compté qu’au rythme actuel du réchauffement (+ 5 à 8°C d’ici à 2100), au moins 70 % des 410 km 2 glaciers de la région pourraient disparaître avant la fin du siècle. Les plus touchés seront les petits glaciers, situés sous les 5 800 à 6 000 m.

(...)