Planète

Alors qu'on estime qu'il y a entre 3.000 et 7.000 langues parlées à travers le monde, les linguistes se demandent depuis longtemps s'il existe le moindre point commun entre elles.

À cet égard, une nouvelle étude, répercutée notamment sur le site arstechnica.com, tente de répondre à cette question. Après avoir analysé trente-sept langues différentes, les chercheurs Richard Futrell, Kyle Mahowald et Edward Gibson du Massachusetts Institute of Technology (MIT) avancent que les langues s'organisent pour rassembler les concepts liés entre eux, de façon à ce qu'ils soient toujours le plus proche possible dans les phrases. Et ce pour faciliter la compréhension globale. Par exemple, "neige" et "blanche" ne devraient jamais être très éloignés l'un de l'autre si le second terme vient préciser le premier.

Ainsi les hommes auraient gardé des structures semblables, quelle que soit la langue qu'ils ont développé. Ce n'est pas une grande découverte selon vous? Cela permet tout de même de définir une prédisposition génétique à une "grammaire universelle", qui serait sous-jacente à toutes les langues du monde. Cette "grammaire universelle" était d'ailleurs déjà suggérée par le linguiste Noam Chomsky.

Même si l'étude sortie récemment n'a pris un compte que trente-sept langues, cela ne l'empêche pas d'être une bonne base pour de futures recherches. Jusqu'à ce qu'on trouve la langue qu'on parlait avant l'édification de la tour de Babel?