Planète Un collectif d’entreprises engagées dans la transition écologique appelle à des mesures radicales pour accélérer la transformation de l’économie. Il faut pénaliser les produits les plus nuisibles.

Ils sont une cinquantaine et représentent en quelque sorte l’avant-garde d’un mouvement qui connaît une croissance exponentielle ces dernières années : celui des entrepreneurs et entrepreneuses "durables", qui ont choisi d’inscrire leurs activités dans une perspective de transition écologique.

Une aventure souvent exaltante, mais également épuisante, tant elle se heurte encore aujourd’hui à de nombreux freins. Lancer une entreprise, "c’est toujours un peu comme si on était au début d’une course, chacun avec un sac à dos. Mais celui d’entrepreneur durable est beaucoup plus lourd", illustre Marc Lemaire cofondateur de l’ASBL Groupe One - Ecores, spécialisée dans l’accompagnement de ce type de projet entrepreneurial.

Or accélérer cette transition est devenu une urgence vitale, argumente l’intéressé, tant les indicateurs environnementaux que sociaux sont entrés dans le rouge vif et témoignent de la nécessité de transformer nos sociétés et notre économie, non pas à la marge, mais en profondeur. Nous devons bâtir une économie où l’on ferme purement et simplement "le robinet du pétrole". "Une économie qui n’est plus une économie de destruction, mais qui respecte les limites planétaires. Une économie qui reconstruit, qui restaure."

(...)