Planète L'association de protection animale L214 a diffusé une vidéo montrant les conditions d'abattage des chevaux de course en fin de vie.

Si la mort n'est jamais belle à voir, elle l'est d'autant moins quand elle s'accompagne de sévices immoraux. C'est ce que dénonce L214, une association de protection animale militante qui souhaite éveiller la conscience collective sur les conditions d'abattages des animaux. À travers des images tournées entre août et novembres 2018, l'association s'indigne du traitement opéré sur des chevaux de course en fin de vie, dans un abattoir situé dans la commune d'Équevillon, en France.

Des conditions très violentes, qui se manifestent par des coups de cravache, des bousculades de la part des employés d'un abattoir, et un coup fatal à l'aide d'un objet contondant. On voit alors les chevaux se vider lentement de leur sang, jusqu'à ce que mort s'en suive.

Sur son site, L214 s'interroge: "L’abattoir de chevaux d’Équevillon assure sur son site Internet que “le respect de l’animal est au centre de ses préoccupations. Mais peut-on tuer avec respect un animal qui ne veut pas mourir?". Selon lui, il faut même sortir de "l'ère des abattoirs." Selon les chiffres de l'enquête effectuée par l'association, 13.000 chevaux ont été abattus en France, en 2016. Plus de la moitié d'entre eux sont des chevaux de course réformés, c'est-à-dire non sélectionnés, blessés, en fin de carrière. 

De façon globale, 2.400 animaux seraient tués chaque minute, ou trois millions chaque jour en France.

Pour enrayer ce phénomène, il faudrait réduire sa consommation de produits animaux. Cela aurait également des conséquences positives pour l'environnement et la santé publique, précise L214. Mais faut-il encore que la société soit prête à changer son mode de consommation.

Attention, les images qui suivent peuvent choquer: