Planète Une commission propose de fermer la dernière centrale au charbon en 2038. 40 milliards seront investis en compensation dans les régions minières. Le remplacement de cet approvisionnement reste un défi.

Ils étaient beaucoup moins nombreux qu’à Bruxelles mais ils étaient quand même près de 10 000 élèves à braver le froid devant le ministère allemand de l’Économie, le 25 janvier dernier, pour demander au gouvernement de s’engager davantage pour le climat.

Le timing était parfait puisque l’avenir de la filière charbon allemande se jouait ce jour-là. Après des mois de négociation et un dernier marathon nocturne, les membres de la "commission charbon" se mettaient enfin d’accord pour l’arrêt progressif des centrales à charbon entre 2022 et 2038. Avec une longue série de propositions pour atténuer le choc social et économique.

(...)