Planète

Nouvel exemple de partenariat public-privé (PPP) pour le groupe SNCB, mais cette fois en matière de mobilité durable. La SNCB-Holding et Siemens ont présenté mardi leur projet pilote de mise à disposition des navetteurs de voitures électriques dans trois gares : Liège-Guillemins, Gand-Saint-Pierre et Bruxelles-Midi. "La demande de mobilité ne cesse de croître et notre objectif est d’être un acteur important de la mobilité durable. Le train et la voiture électrique sont complémentaires et, en les combinant, on peut donner un coup de fouet à cette mobilité durable", dit Vincent Bourlard, directeur général "Stations" de la SNCB-Holding. L’enjeu final est d’appréhender le comportement des navetteurs face au mode de transport à choisir pour couvrir les premiers et les derniers kilomètres les séparant d’une gare ferroviaire.

Pour cette première phase d’un projet plus global, six voitures (trois Smart et trois Mitsubishi) sont gratuitement mises à la disposition du groupe ferroviaire par Leaseplan (la société les loue pour 800 € par mois); elles seront chargées sur des bornes Siemens installées dans les trois gares. Le courant sera fourni par Infrabel, la filiale gestionnaire des infrastructures de la SNCB-Holding qui en assure la production via ses installations photovoltaïques ou éoliennes. Trois voitures seront basées à Liège-Guillemins et les trois autres à Gand. Des "testeurs" seront choisis pour participer à l’expérience, soutenue par la direction Energie du SPF Economie. Ils feront le trajet de leur domicile à la gare avec la voiture électrique qu’ils laisseront dans le parking pour le chargement des batteries avant de prendre le train les menant à leur destination. Pour le trajet gare-bureau, ils auront un accès gratuit aux véhicules partagés Cambio. Ils recevront aussi un abonnement libre-parcours de la SNCB valable sur tout le réseau ferroviaire belge.

La participation de Siemens vaut à plusieurs titres. "Nous sommes un partenaire technologique du projet pilote, car il entre dans notre offre de solutions électriques flexibles (smart grid). Notre participation au projet de la SNCB-Holding s’inscrit aussi dans un projet spécifique que nous allons mettre en place au sein de Siemens Belgique", explique André Bouffioux, CEO de Siemens Belgique-Luxembourg. Elle vise aussi à éprouver la solution technologique de chargement des voitures électriques selon différents paramètres (durée de chargement selon l’utilisation de la voiture à choisir parmi des options de la borne, etc.). Par ailleurs, Siemens prend aussi une avance sur ses concurrents en attendant le jour où l’Europe arrêtera une norme en la matière. La gare de Bruxelles-Midi abritera en effet deux voitures électriques qui feront partie de la flotte de véhicules électriques de Siemens. Elles seront utilisées par des collaborateurs de Siemens pour parcourir les derniers kilomètres entre la gare et les bureaux de la filiale du groupe allemand (Huizingen, Anderlecht).

Deux navetteurs connus ont été sélectionnés pour participer au projet pilote de la SNCB-Holding. Pour la partie francophone, c’est Gianni Tabbone, animateur du site Navetteurs.be, et en Flandre, c’est Nic Balthazar, animateur de télé bien connu dans le nord du pays. Les autres testeurs (deux par gare, soit quatre au total) seront recrutés via un concours sur le site www.lagare.be (inscriptions dès le 4 janvier 2011). Les deux testeurs connus ont reçu symboliquement mardi la clé des voitures, mais l’expérience ne démarrera qu’en mars pour se clôturer fin mai. Les résultats du projet seront traités par le Centre interuniversitaire d’étude de la mobilité (CIEM) et le pendant flamand d’Inter-Environnement Wallonie ("Bond beter leefmilieu"). La présentation du rapport final de l’expérience est prévue pour le mois de juin. Mais la Holding prévoit déjà d’installer 24 bornes de chargement de voitures électriques dans 34 gares du pays. Un appel d’offres européen est déjà lancé pour la fourniture des 816 bornes. "La décision sera prise à l’automne 2011", précise Vincent Bourlard. Il ne cache pas l’ambition du groupe ferroviaire : proposer un package d’abonnement ferroviaire incluant une offre de voitures électriques. Mais les partenaires n’ont, pour l’instant, donné aucune idée du coût pour l’usager.