Planète Les épisodes de sécheresse répétés font souffrir les arbres. A quoi ressembleront les forêts en 2050 en Belgique ? Pour les gérer de manière durable, des scientifiques publient un nouveau "Fichier écologique des essences".

Dans les Ardennes, les hêtres font grise mine. Leurs feuilles tombent, jaunissent et ne grandissent pas, le printemps anormalement sec les a fait souffrir. "Après un épisode exceptionnel, on considère qu’il faut environ trois ans dans des conditions normales pour qu’ils récupèrent, explique Quentin Leroy, expert en foresterie à l’Observatoire wallon de la santé des forêts. Problème, ces dernières décennies une période de trois ans est de moins en moins disponible à cause des épisodes de sécheresse récurrents. "Si cela se produit tous les ans à cause du changement climatique, les hêtres vont présenter un faciès de plus en plus mauvais, de plus en plus détérioré. Les arbres vont tous souffrir dans ces conditions difficiles", ajoute Quentin Leroy. Le paysage va-t-il se transformer ? Les forêts vont-elles mourrir ? "Si les individus les plus vieux meurent, les jeunes pourront sans doute s’adapter au changement climatique, poursuit le spécialiste. Au fil du temps, le hêtre s’est déjà adapté à plusieurs changements, même si tout dépend de la marge de modification qu’on lui fait subir."

Le GIEC, groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, estime que 30 % des espèces végétales et animales seraient menacées d’extinction si le climat se réchauffait de 1,5 à 2,5 °. Pourtant, les experts de l’Observatoire wallon de la santé des forêts ne sont pas trop inquiets, ce n’est pas en 2050 que la Wallonie ressemblera au désert du Sahara, selon eux. A l’heure actuelle, si une hausse nette de la température est observée à Bruxelles, elle augmente beaucoup plus lentement dans les zones forestières, même si la comparaison est plus délicate puisque les données remontent bien moins loin que celles de l’observatoire d’Uccle.

La forêt joue donc son rôle de réservoir à carbone et compense les effets du réchauffement. Dans ce cadre, l’aménagement du territoire est crucial. "Il faut absolument conserver la couverture arborée la plus grande possible pour éviter le rayonnement du soleil sur le sol", précise un expert de l’Observatoire.

Planter une essence au bon endroit

...