Planète Une ferme aquaponique s’installera bientôt aux abattoirs d’Anderlecht. Un contrat a été signé avec deux entrepreneurs berlinois. Élevage de poissons, plants de basilic et distribution en circuit court : découverte de la ferme originale. Reportage Sébastien Millard Correspondant en Allemagne

Des déjections de poisson pour fertiliser la terre, et faire pousser des plantes ou des légumes en ville, selon le principe de l’aquaponie : tel est le pari que se sont lancé deux jeunes entrepreneurs berlinois il y a six ans.

Une douce odeur de basilic flotte dans l’air. De multiples tuyaux irriguent un paysage vert où deux employés tassent la terre dans les pots avant l’emballage. Un camion doit passer en récupérer 4 000. Cette serre appartient à ECF Farmsystems, qui exploite ici une ferme aquaponique, mélange d’aquaculture et de culture sous serre.

Les principes de l’économie circulaire

En 2011, deux entrepreneurs allemands ont choisi de s’implanter dans l’enceinte d’une brasserie désaffectée, reconvertie en paradis pour start-up, dans le quartier de Schöneberg. Ambiance berlinoise garantie.

Dans le fond du bâtiment, des bassins accueillent des perches. Puis, en suivant les tuyaux, on quitte l’atmosphère tropicale de la zone d’aquaculture pour rejoindre l’immense serre attenante, où les plants de basilic se présentent bien alignés.