Planète
La Belgique a assisté à une éclipse de Lune ce 21 janvier. En juillet 2018, lors de la plus longue éclipse de Lune du siècle, le spectacle avait été gâché par la couverture nuageuse. Et cette fois, le spectacle a été bien au rendez-vous dans le ciel belge, mais pas seulement puisqu'elle a été visible également dans toute l'Europe, en Afrique et dans les Amériques.

Dans les rues de Mexico, de Los Angeles, de Paris ou de Ouarzazate, les têtes se sont levées vers le ciel pour observer le phénomène, autour de minuit pour les continents américains, peu avant l'aube en Europe et en Afrique.

Chez nous, le phénomène a duré entre 4 h 33 à 7 h 40. Une éclipse de lune se produit lorsque l’astre pénètre entièrement dans l’ombre que la terre projette derrière elle. Il y a alors un alignement Soleil-Terre-Lune.

En prime pour cette éclipse, la Lune était une "super Lune", le terme utilisé quand elle se trouve à une distance relativement proche de notre planète, en l'occurrence 358.000 km.

Cette éclipse totale était la dernière avant 2022. Pendant la première heure, la pleine lune a été doucement “mangée” par la gauche. L’éclipse a été totale pendant une heure à partir de 5 h 41, avec une apogée à 6 heures 12. Pendant l’éclipse totale, la Lune n'a pas été invisible, mais rouge, comme lors de toutes les éclipses totales. Cette teinte est due au fait que les rayons du Soleil ne l’atteindront plus directement. A la place, une petite partie des rayons rouges a été filtrée par l’atmosphère terrestre et réfractés vers la Lune.


A l'occasion de cette éclipse, redécouvrez sur LaLibre.be un dossier consacré aux vrais et faux pouvoirs qu'exerce la Lune sur la Terre et ses habitants.