Planète

Le gouvernement wallon a approuvé, jeudi, un renforcement de son soutien financier à la Plateforme wallonne pour le GIEC, à hauteur de 300.000 euros par an, et va collaborer avec la Fondation Solar Impulse créée par Bertrand Piccard. Coordonnée par Jean-Pascal van Ypersele et financée par la Région depuis 2016, la Plateforme wallonne pour le GIEC vise à accompagner le travail des scientifiques wallons qui participent aux travaux du GIEC.

La Fondation Solar Impulse, elle, a pour objectif de promouvoir les solutions technologiques ayant un fort impact environnemental et économique. Elle s'est notamment fixée pour objectif de labelliser 1.000 solutions - récompensant les technologies qui répondent à des critères élevés en matière de durabilité et de rentabilité -, de les promouvoir et de les présenter aux décideurs du monde entier afin d'accélérer la transition vers une économie neutre en carbone.

La collaboration qui va être initiée entre la plateforme wallonne et la Fondation Solar Impulse permettra d'accélérer le rythme des évaluations des solutions, de promouvoir les initiatives wallonnes et d'impliquer les experts wallons dans les travaux de la Fondation, a précisé le ministre wallon du Climat, Jean-Luc Crucke.

La mise en place d'un système d'équivalence officielle afin de faciliter l'octroi du label à des solutions wallonnes a par ailleurs été proposée, a-t-il ajouté.

L'été passé, trois solutions belges ont été labellisées par la Fondation Solar Impulse: QPinch à Anvers, SmartNodes à Liège et Sunoptimo à Namur.