Planète

Le personnel de l'abattoir de Tielt dans lequel ont été enregistrées des images de maltraitance animale, est actuellement dans l'incertitude sur son avenir, ont indiqué l'entreprise et la CSC Alimentation et services. Entre-temps, le groupe exploitant le site d'abattage, Debra, affirme avoir constitué un solide dossier afin d'obtenir dans les plus brefs délais une autorisation de réouverture. Les responsables de l'abattoir ont appris lundi matin que l'installation devait fermer pour une durée indéterminée. Le personnel de la section concernée ne peut donc pas travailler.

"Entre-temps, nous n'avons pas arrêté. Nous avons constitué un solide dossier. C'est un document de base reprenant notre analyse et notre plan d'actions. La force de ce dossier est qu'il offre des garanties que de tels faits ne se reproduiront pas", a expliqué le CEO Thomas De Roover De Brauwer. L'entreprise avait déjà fait savoir fin de semaine passée qu'elle allait installer plus de caméras et qu'elle allait mettre sur pied une forme de retransmission en direct (livestream) pour les services de contrôle. Les responsables ne s'étendent par contre pas sur l'analyse des faits. "Il est clair que plusieurs règles n'ont pas été respectées", se limite-t-on à dire.

Quant au personnel, estimé à 350 membres, il est encore actif dans certains départements, mais pas à l'abattoir.

"Cela se traduit par un gros sentiment d'incertitude", selon Marnik Willaert, secrétaire à la CSC Alimentation et services. Le syndicat soutient les travailleurs. "Ceux qui ont dépassé les bornes doivent être rappelés à l'ordre car on ne peut accepter de telles choses. D'un autre côté, il est trop facile de se contenter de mettre dehors les personnes qui seront citées. Des changements structurels sont nécessaires et la direction y travaille", a ajouté le syndicaliste.

L'avenir du personnel n'est pas encore clair. "Nous discutons avec l'Onem afin de voir si on peut invoquer le chômage temporaire. Ce n'est pas parce qu'il y a une fermeture pour une durée indéterminée que les contrats sont cassés. Donc, il faut trouver une solution."